Retour

Combien de fois votre autobus de la STO était trop bondé pour s'immobiliser à votre arrêt ?

Avez-vous déjà vécu la frustration de voir votre autobus passer devant vous sans même s'immobiliser? C'est possible, puisque la Société de Transport de l'Outaouais (STO) a enregistré 5625 surcharges sur son réseau entre le 1er janvier 2015 et le 31 mars 2016, selon des données obtenues par Radio-Canada.

Les usagers de la ligne 200 en direction de Gatineau sont ceux qui ont vu le plus souvent un autobus bondé passer trop vite sous leurs yeux. À 680 reprises, il a été impossible pour ces utilisateurs de monter à bord. En comptant les voyages du matin (vers Ottawa), les autobus de la ligne 200 étaient « surchargés » à 1076 reprises durant cette période.

Les usagers des lignes de la série 40, qui se dirigent vers le secteur d'Aylmer, ont également subi les désagréments des surcharges sur le réseau à 1976 reprises. Les lignes 44 (555 surcharges) et 40 (401 surcharges) sont les plus achalandées.

Pour voir ce graphique sur votre mobile, cliquez ici

Terrasses de la Chaudière, le pire arrêt

Les usagers qui attendent à l'arrêt des Terrasses de la Chaudière sont les plus malchanceux. Cet arrêt a vu (peu importe la ligne et la direction) 757 autobus surchargés entre le 1er janvier 2015 et le 31 mars 2016.

Certains arrêts à Ottawa, notamment Wellington/Bank et Cour suprême/Wellington, et des stations du Rapibus (de la Gappe et de la Cité) enregistrent plusieurs centaines de surcharges pendant la période.

Top 20 des arrêts où il y a des surcharges

Pour voir cette carte sur votre mobile, cliquez ici

La plupart du temps, ce sont pendant les heures de pointe que les surcharges surviennent. Aux Terrasses de la Chaudière, qui est le pire arrêt, c'est le retour à la maison qui peut parfois être compliqué.

La STO réagit

La Société de transport de l'Outaouais réplique que les surcharges ne représentent que 0,6 % de tous les voyages productifs lors de la période de données. Selon l'organisme, ces surcharges sont souvent ponctuelles et peuvent varier selon le moment de l'année, le type d'autobus utilisé, le mouvement de la clientèle et les enjeux opérationnels.

« On voit qu'à la rentrée on observe des surcharges occasionnelles, mais ces surcharges vont, par elle-même, se régler au bout de 2-3 semaines selon les habitudes de déplacement de la clientèle. Elles ne sont pas récurrentes », explique Céline Gauthier, porte-parole de la STO.

Pour soulager les surcharges et les autobus remplis au maximum, notamment à l'arrêt des Terrasses de la Chaudière, l'organisme apportera des modifications aux autobus de la série 40 qui se dirigent vers le secteur d'Aylmer. Ces autobus ne s'arrêteront plus aux parcs-o-bus Rivermead et de l'hippodrome afin de privilégier les usagers qui se rendent aux extrémités des parcours.

Les modifications entreront en vigueur le 29 août prochain. Une période d'ajustement est prévue au cours des premières semaines.

La STO procède également à des relevés de données sur le terrain et ajuste ensuite les différents trajets selon les observations. Si une surcharge est observée sur une ligne pendant une longue période, des ajustements sont normalement apportés.

Une collaboration de Jérémie Bergeron, Pascal Charlebois et André Dalencour

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine