Retour

Commerce de marijuana à Gatineau : 3 personnes emprisonnées

Trois personnes passeront Noël derrière les barreaux, en raison de leurs liens présumés avec le commerce de marijuana qui a ouvert ses portes la semaine dernière sur le boulevard Saint-Joseph, à Gatineau.

John Christopher Belance, 22 ans, Stefania Kuzko, 20 ans et Linda Magdoul, 27 ans, ont comparu, jeudi après-midi, en Cour du Québec. Ils font face à des accusations de possession de cannabis et de résine de cannabis (haschich) en vue d'en faire le trafic, et de possession d'une somme de moins de 5000 $ obtenus illégalement.

Selon la Couronne, les trois accusés n'ont pas été libérés en raison de la gravité des accusations qui pèsent contre eux. Une quatrième personne avait initialement été arrêtée, mais aucune accusation n'a été déposée contre elle.

Au cours des dernières heures, les policiers ont perquisitionné la boutique Clinique Canna et une résidence du secteur de Hull. Ils n'ont toutefois pas dévoilé le lien entre les deux endroits.

La valeur des produits saisis s'élève à 150 000 $, selon le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).

Pourquoi les policiers d'Ottawa ne sont-ils pas aussi rapides?

Les policiers de Gatineau ont mené une opération contre le commerce Clinique Canna à peine une semaine après son ouverture.

À Montréal, les policiers ont mené des opérations dans six des huit magasins de marijuana à usage récréatif appartenant à Cannabis Culture le lendemain de leur ouverture.

Cette rapidité des services de police des deux villes en comparaison avec celle du Service de police d'Ottawa (SPO) surprend le conseiller municipal Mathieu Fleury.

« On a vu Montréal la semaine dernière, je me demande pourquoi Ottawa, ça continue à être difficile, pénible. On en a vu [des boutiques de marijuana] ouvrir et rouvrir », souligne-t-il.

Quand je vois la réaction rapide à Gatineau, ça semble avoir été très efficace.

Mathieu Fleury, conseiller du quartier Rideau-Vanier

La police d'Ottawa se défend en affirmant que la collecte de preuves pour le dossier devant la cour est « très complexe ».

Le mois dernier, les policiers ottaviens sont intervenus dans sept commerces de vente de marijuana de la capitale fédérale. Quelques jours plus tard, deux boutiques avaient déjà repris leurs activités.

Même si le gouvernement fédéral entend légaliser le cannabis à des fins récréatives, la substance est toujours illégale pour le moment, rappelle le conseiller Fleury.

« Oui, il y a une légalisation qui s’en vient. D’ici là, c’est important pour nous de protéger les commerçants, de protéger les quartiers et de mieux comprendre ce que veut dire la légalisation », dit-il. « Pour l’instant si vous allez dans ces commerces-là, le produit que vous achetez vient de sources criminelles. »

Avec les informations de la journaliste Claudine Richard

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine