Retour

Commissaire aux langues officielles : il ne faut pas « politiser » le poste, dit Dyane Adam 

Le gouvernement Trudeau n'aurait pas dû choisir une candidate au « passé » politique comme Madeleine Meilleur pour le poste de commissaire aux langues officielles, affirme Dyane Adam, qui a déjà assumé ce rôle.

Face aux protestations des partis d’opposition à Ottawa, Mme Meilleur, une ancienne ministre libérale en Ontario, a fini par retirer sa candidature en juin dernier.

Le processus de sélection d’un successeur à Graham Fraser a dû être relancé.

En entrevue à Radio-Canada, Mme Adam soutient qu'il ne faut pas « politiser » le poste de commissaire.

Pas de candidatures

Mme Adam raconte qu’il n'y avait pas de processus de sélection comme aujourd'hui lorsqu'elle a été nommée au poste de commissaire en 1999.

À l’époque, la Franco-Ontarienne, qui était la principale du Collège universitaire Glendon à Toronto, n'avait pas eu à poser sa candidature.

Un commissaire des Maritimes?

Mme Adam ajoute qu’il serait « légitime » que le prochain commissaire vienne d’une autre province que le Québec ou l’Ontario.

Plus d'articles

Commentaires