Retour

Concepteur d’éclairages, entre l’ombre et la lumière

Lorsque le rideau tombe sur une production théâtrale, les spectateurs reflètent souvent sur le moment qu'ils viennent de vivre et partagent ce qui les a marqués. Un jeu d'acteur tout en nuance, une réplique bien lancée, un décor et des costumes évocateurs. Mais remarquent-il l'éclairage? Bien plus que de simples faisceaux qui illuminent la scène, c'est une forme d'art en soi.

Un texte de Karine Lessard pour Tout inclus

Guillaume Houët en sait quelque chose puisqu’il a fait de la conception d’éclairage sa spécialisation. Depuis plus de 15 ans, le Gatinois travaille non pas au noir, mais dans le noir. Dans l’ombre des gradins, il calibre les couleurs, rectifie le positionnement des lumières et met au point l’intensité des ampoules, tant au théâtre qu’en danse.

Le concepteur d’éclairage nous accueille dans son terrain de jeu principal : la salle de la Great canadian Theatre Company d’Ottawa. Neuf jours avant la première de de la pièce Gracie, plus de 120 lumières s’illuminent tour à tour au plafond, alors que Guillaume Houët et l’équipe se rencontrent pour le « focus », c’est-à-dire l’étape du pointage des projecteurs.

« [Auparavant], les techniciens ont accroché tous les luminaires que j’ai mis sur mon plan », explique l’éclairagiste. « Je dois m’assurer que chacun des 100 quelque projecteurs est pointé au bons endroit, avec les bonnes couleurs », précise-t-il.

Un moment déterminant étant donné que l’équipe ne pourra pas refaire cette étape sans entraîner des frais supplémentaires.

Ces projecteurs créent des ambiances lumineuses, qui varient selon le moment de la pièce. Dans ce cas-ci, Guillaume Houët a imaginé entre 60 et 70 ambiances, afin d’accompagner le récit.

Contraintes et défis

Au moment de sa création, la pièce Gracie a d'entrée de jeu imposé la robe rose de la comédienne principale comme enjeu.

« Je n’ai jamais eu un costume qui avait autant d’ampleur, de la même couleur rose, mais au complet [de la tête aux pieds] », raconte le concepteur.« Et puisque le spectacle dure 90 minutes, ça peut être long en maudit si ce n’est pas la bonne couleur [d’ampoule], si je ne l’accompagne pas bien. »

Au-delà des contraintes de temps et de coûts, les défis associés à la conception d’éclairage sont nombreux.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine