Retour

Conflit de travail des taxis : des chauffeurs bannis de l'aéroport

Le conflit de travail des chauffeurs de taxi de l'aéroport d'Ottawa s'envenime. L'Administration de l'aéroport international et le Service de police d'Ottawa ont banni des lieux huit personnes, au cours des deux dernières semaines, en lien avec des actes de vandalisme.

Des chauffeurs de taxi mécontents auraient lancé des œufs et des balles de peinture sur des véhicules de taxi.

Depuis, l'une de ces personnes a été autorisée à y revenir. Les personnes visées par les responsables de l'aéroport et la police d'Ottawa n'ont pas le droit de se trouver dans le terminal des passagers ou encore sur le chemin qui l'entoure, faute de quoi elles s'exposent à une amende pouvant atteindre 2000 $.

Dans un courriel, une porte-parole de l'Administration de l'aéroport international d'Ottawa affirme que sa priorité est d'assurer la sécurité de ses passagers, employés et biens immobiliers.

Une rencontre attendue avec le maire

Par ailleurs, des représentants des chauffeurs de taxi de l'aéroport doivent rencontrer le maire d'Ottawa, Jim Watson, cet après-midi.

Ils ont obtenu cette rencontre après avoir manifesté bruyamment, lundi midi, à l'intérieur de l'hôtel de ville.

Les chauffeurs de taxi s'opposent à une hausse de la redevance qu'ils doivent verser à l'entreprise de répartition Coventry Connections pour prendre des passagers à l'aéroport.

Ils croient que le maire Watson peut encourager les parties à négocier de bonne foi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine