Retour

Congestion dans un centre d'hébergement pour femmes en Outaouais

La pénurie de logements abordables en Outaouais a des conséquences pour au moins un centre d'hébergement pour femmes de la région.

Le Centre Mechtilde du secteur de Hull à Gatineau, un organisme qui vient à la fois en aide aux femmes à risque d'itinérance et aux femmes victimes de violence, peine à faire face à la demande.

Depuis le 1er juillet, l'organisme est venu en aide à plusieurs femmes et à leurs enfants qui n'ont pas pu se trouver un logement. Le Centre affiche donc complet.

Dans la région, une trentaine de familles n'ont toujours pas trouvé de logement  depuis le 1er juillet, selon l'organisme Logemen'occupe. Certaines d'entre elles sont hébergées temporairement au Centre Mechtilde, ce qui crée un engorgement.

Le mois dernier seulement, la structure a dû refuser d'héberger 29 femmes et une trentaine d'enfants, faute de places.

Plus de logement à prix modique?

La directrice générale du Centre, Anca Sultana, indique que ces femmes qui fuient une situation de violence doivent demander l'aide de proches ou encore se retrouvent carrément à la rue.

Pour Logemen'occupe, la seule solution est de construire de nouveaux logements à prix modique. L'organisme rappelle que, même si le taux d'inoccupation dans la région est l'un des plus élevés au Québec, il y aurait un manque important de grands logements abordables capables d'accueillir une famille.

En plus du Centre Mechtilde, la Maison Libère-Elles de Chelsea a elle aussi la double mission d'héberger des femmes en difficulté ayant besoin d'un refuge temporaire et les femmes victimes de violence.

Avec les informations de Mathieu Gohier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine