Retour

Conseil municipal : « On est capable de travailler ensemble », dit Louise Boudrias

Lors de sa rentrée médiatique, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a laissé entendre qu'il espérait que les élus n'aillent pas « gâcher » leur dernière année de mandat en se « chicanant ». La conseillère Louise Boudrias, s'est voulue rassurante à ce sujet, même si elle n'est pas prête à reculer sur la question de la publicisation des débats.

Sans détour, l'élue du district du Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond ne cache pas que l'ombre des élections municipales de novembre 2017 planera sur l'année à venir.

Elle confirme qu'elle briguera un autre mandat en tant que conseillère, mais qu'elle ne convoitera pas le poste de maire.

À l'instar de Maxime Pedneaud-Jobin, elle est consciente qu'au-delà de l'échéance électorale ce ne sont pas les chantiers qui manquent.

« Je pense qu'autour de la table du conseil, on est capables de travailler ensemble », explique-t-elle, tout en égratignant le maire au passage. « Je trouve ça "drôle"... Ça me surprend quand j'entends parler le maire de "chicane" ou de "spectacle politique", parce que je ne pense pas que c'est ce que les conseillers veulent faire. »

Les huis clos de la discorde

Louise Boudrias souligne qu'il est important d'amener des dossiers devant le conseil, une façon pour elle de justifier son opposition aux huis clos qui ont fait couler beaucoup d'encre ces derniers mois.

« Je veux que les citoyens entendent mes positions sur des dossiers. C'est comme ça qu'ils vont être capables de juger comment je fais de la politique », croit-elle.

Au sujet du dossier de l'aréna Guertin, notamment, elle se dit impatiente de suivre la présentation, qui sera proposée aux élus, puis de pouvoir en débattre.

« J'espère de tout cœur que ce débat-là - et je vais le demander aussi - soit fait en public, parce que les gens ont le droit de savoir ce qui est proposé », dit-elle de manière convaincue.

Le dossier du « petit train »

Mme Boudrias, qui est aussi la présidente de la Corporation du chemin de fer de l'Outaouais (CCFO), affirme par ailleurs qu'une rencontre a eu lieu la semaine dernière avec des acteurs régionaux au sujet de la relance possible du train à vapeur et que plusieurs options ont été évaluées.

« On s'est dit à ce moment-là qu'on ne ferait pas de sortie publique sur ce dossier-là avant qu'il y ait des décisions de prises », prend-elle soin de préciser.

Elle dit qu'il reste encore du travail à accomplir et qu'il y a encore bien des aspects du dossier à analyser, sans donner plus de détails.

Louise Boudrias promet qu'une annonce sera faite dans quelques semaines, quand il y aura des résultats concrets à présenter.

Plus d'articles

Commentaires