Retour

Construction au lac Meech : les résidents réagissent

L'Association des propriétaires du lac Meech a décidé de réagir après que le Comité pour la protection du parc de la Gatineau (CPPG) s'en est pris à la Commission de la capitale nationale (CCN) et au gouvernement libéral dans le dossier d'une nouvelle construction résidentielle au lac Meech.

Le CPPG estime que la CCN a « manqué à [son] obligation d'arrêter la construction » qui se déroule actuellement au 787, chemin du Lac-Meech, à Chelsea. Le mandat de la CCN ne serait pas respecté, selon le regroupement.

Les membres de l'Association des propriétaires du lac Meech contestent cette version des faits.

Il faut savoir que selon le Plan directeur de la CCN, les propriétés privées sont assujetties à la réglementation municipale, en l'occurrence celle de Chelsea, qui autorise l'usage résidentiel à certains endroits.

Gilles Paquin, l'un des membres de l'association, rappelle que lorsque les propriétaires veulent apporter des changements à leur domicile ou procéder à des agrandissements, ils doivent effectuer une demande de permis à la Municipalité.

« La CCN n'a rien à voir là-dedans. C'est un terrain municipal, dans la Municipalité. On habite à côté du parc. On était là avant le parc. Il y a des maisons ici depuis 1860, 1870 », souligne-t-il.

Gilles Paquin fait aussi valoir que la CCN peut acheter les terrains privés quand les propriétaires veulent vendre.

La question de la protection

Selon M. Paquin, le chantier qui a lieu actuellement dans les environs semble respecter les règlements et il dit avoir constaté que si quelques arbres avaient été abattus, il n'y a pas pour autant de coupe à blanc.

Quant aux faits que les détracteurs de ce projet soutiennent que les résidents favorisent la dégradation de l'environnement, il rétorque que c'est tout le contraire.

« Pensez-vous que nous habitons autour du lac et que nous allons le polluer volontairement? On se baigne dedans, on boit l'eau du lac. Voyons! On est parmi les défenseurs du lac », martèle M. Paquin.

Il en veut pour preuve que son association collabore avec la Municipalité pour préserver la qualité de l'eau, par exemple.

Il s'insurge enfin contre les affirmations qui laissent entendre que les résidents gêneraient l'accès au parc, dans la mesure où il y a plusieurs voies qui sont utilisables par le public.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine