Retour

Contamination à l’hépatite A : Adonis procède à plusieurs rappels

Le Marché Adonis, situé au 920, boulevard Maloney Ouest à Gatineau, avise la population de ne pas consommer plusieurs produits, car ils sont susceptibles d'avoir été contaminés par le virus de l'hépatite A.

Les produits étaient offerts à la vente jusqu'au 17 mai 2018 inclusivement. Ils sont emballés en magasin et vendus à l'état réfrigéré au Marché Adonis à Gatineau.

Cette mise en garde concerne les produits mentionnés ci-dessous.

Tous les lots vendus portant une date « meilleur avant » équivalente ou supérieure au 8 mai jusqu'au 18 mai 2018 ne doivent pas être consommés et doivent être retournés à l'établissement. La mention « Marché Adonis » est visible sur l'étiquette des produits.

Même si les produits visés ne présentent pas de signe d'altération ni d'odeur suspecte, les consommer peut représenter un risque pour la santé s'ils ont été consommés crus. La cuisson inactive le virus de l'hépatite A, peut-on lire dans le communiqué.

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) avise la population qu’aucun cas de maladie associée à la consommation de ces aliments n'a été signalé.

L'infection par le virus de l'hépatite A se manifeste habituellement par de la fièvre, un malaise général, une perte d'appétit, des nausées, des vomissements et un inconfort abdominal. L'infection peut aussi causer une jaunisse, une urine foncée et des selles pâles.

Les symptômes peuvent apparaître jusqu'à 50 jours suivant la consommation des aliments contaminés.

La majorité des Canadiens sous-estiment le nombre de rappels

« Souvent [lors des rappels], on parle de salmonelle, E-Coli ou d’allergène, mais rarement d'hépatite A », mentionne Sylvain Charlebois, professeur de distribution et politique agroalimentaire à l'Université Dalhousie.

Une problématique particulière s'applique aux rappels de certains produits du marché Adonis selon le professeur.

« Ce qu'il faut comprendre, certains produits arrivent d’un climat très chaud, il y a des virus et des bactéries, il y a des causes qui n'existe pas ici au Canada, nous importons ces produits-là et nos systèmes immunitaires ne sont pas adapté à ces virus-là alors ça peut-être extrêmement dangereux », explique Sylvain Charlebois.

Il y a eu 155 rappels d'aliments au Canada en 2017.

Plus d'articles