Retour

Couillard s'engage à élargir certains tronçons de l’autoroute 50

L'élargissement à quatre voies de l'autoroute 50 aura finalement lieu sur certains tronçons où il y a des problèmes de sécurité. C'est ce à quoi s'est engagé samedi le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, de passage à Gatineau.

L'enjeu s'est invité au colloque régional des militants libéraux en Outaouais. Le premier ministre a notamment rencontré Gary Drouin, un militant libéral qui a eu un important accident sur l'autoroute 50, en 2015.

Ce dernier revenait de Montréal avec ses petits-enfants pour qu'ils passent la semaine de relâche en Outaouais. Il fut impossible d'éviter un orignal en raison de la circulation en sens inverse. Son véhicule a été lourdement endommagé, mais tout le monde s'en est sorti indemne.

« Comme grands-parents, avoir nos deux petits-enfants et aujourd'hui dire qu'ils pourraient être morts, c'est très très difficile », a commenté M. Drouin.

La vraie solution passe par l'élargissement à quatre voies et de le faire par segments.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Le premier ministre était déjà sensibilisé au problème de l'autoroute 50. Mercredi, notamment, une motion pressant le ministre des Transports du Québec de commencer rapidement le projet d'élargissement de l'autoroute 50 a été adoptée à l'unanimité par les députés de l'Assemblée nationale.

Mais samedi, il s'est engagé à élargir la 50 à quatre voies par phases. Les secteurs les plus dangereux seront priorisés, si bien que les citoyens de l'Outaouais devront s'armer de patience avant de voir une autoroute à quatre voies sur toute sa longueur.

Les propos du premier ministre Couillard ont fait bien des heureux parmi les militants libéraux. « Une fois que la saucisse est dans la machine, c'est difficile de la faire sortir. Ce qui est important, c'est de faire rentrer l'autoroute 50 dans le Plan québécois des infrastructures », s'est réjoui le député de Papineau, Alexandre Iracà.

Gary Drouin espère toutefois que le gouvernement s'engagera à construire une autoroute à quatre voies de Gatineau à Mirabel.

« On est aussi Québécois, on paie autant d'impôts en Outaouais que les gens de Québec, les gens de Montréal. Eux ont des routes. Pourquoi pas nous? C'est important », a-t-il dit.

Plus d'articles