Retour

Coupe Davis : deux générations feront équipe contre les Britanniques

Ils étaient assis côte à côte, l'expérience d'un côté et la jeunesse de l'autre. Daniel Nestor et Denis Shapovalov sont de deux générations différentes, mais cela ne les empêchera pas de représenter le Canada dans son affrontement contre la Grande-Bretagne en Coupe Davis, à Ottawa dès vendredi.

Un texte de Kim Vallière

Nestor a une fiche de 47 victoires et 25 défaites en Coupe Davis en 49 sélections. Shapovalov, 17 ans, en sera à une deuxième présence, après avoir fait ses débuts pour l'équipe canadienne en septembre. Le vétéran de 44 ans n'a pu retenir un sourire lors du rappel de ces chiffres en conférence de presse.

« C'est toujours impressionnant de jouer devant de grosses foules, mais Denis est prêt », a mentionné Nestor, en complimentant les habiletés de son cadet. « Il joue le meilleur tennis de sa carrière et son niveau de confiance est élevé. »

Cette confiance, Shapovalov l'a notamment construite grâce à une victoire en simple chez les juniors au tournoi de Wimbeldon, en 2016. Maintenant 234e joueur mondial, il croit être en mesure de rivaliser avec les Britanniques « J'ai montré que je pouvais jouer à ce niveau », a affirmé l'Ontarien.

Il a démontré qu'il est un joueur très talentueux, très prometteur. C'est très encourageant pour sa carrière personnelle et le tennis canadien.

Martin Laurendeau, capitaine de l'équipe canadienne

La commande sera toutefois de taille pour Nestor, Shapovalov, Vasek Pospisil et Peter Polansky. Les Canadiens sont classés 12es au monde, tandis que les Britanniques occupent le 2e rang.

La Grande-Bretagne s'appuiera sur Kyle Edmund, Daniel Evans, Dominic Inglot et Jamie Murray, qui a terminé l'année 2016 au 1er rang mondial en double.

Le capitaine du Canada Martin Laurendeau fait face à un beau casse-tête, depuis le forfait de Milos Raonic en raison d'une blessure. Il n'a pas voulu s'avancer mardi sur les deux joueurs qui joueront en simple vendredi.

« On ne sait jamais avec la Coupe Davis, il peut toujours y avoir des changements à la dernière minute. Pour le moment, nous nous préparons le mieux possible » a indiqué Laurendeau.

Le gagnant du duel entre le Canada et la Grande-Bretagne passera en quarts de finale, tandis que le perdant sera contraint de disputer un match de barrage pour conserver sa place dans le groupe mondial en 2018.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Légalisation du cannabis: 6 choses essentielles à savoir