Retour

Coupe Grey 2016 : cinq aspects du jeu qui pourraient faire la différence

Pour une deuxième année de suite, le Rouge et Noir d'Ottawa fait figure de négligé pour le match de la Coupe Grey. Ses adversaires, les Stampeders de Calgary, sont largement favoris pour remporter la finale de la Ligue canadienne de football (LCF). Voici cinq aspects du jeu qui pourraient faire la différence dimanche.

Quarts-arrière

L'un est le joueur par excellence de la LCF en 2016, l’autre a remporté le même titre en 2015.

Bo Levi Mitchell des Stampeders a guidé la meilleure attaque du circuit cette saison et il a connu sa saison la plus productive, avec 5385 verges par la passe, en plus d’avoir été à l’origine de 32 touchés.

Il a ridiculisé la défense des Lions de la Colombie-Britannique lors de la finale de l’Ouest et rien ne semble l’affecter.

Dans le camp du Rouge et Noir, Henry Burris compte sur l’expérience que lui procurent ses 41 ans et sur la hargne créée par tous les commentaires sur ses performances cette saison.

Le quart s’est blessé au petit doigt au premier match de la saison, est revenu au jeu, a perdu son rôle de partant au profit de Trevor Harris, avant de redevenir l’homme de confiance à Ottawa. Burris veut montrer à ses détracteurs qu’ils avaient tort.

Le jeu au sol

Les partisans du Rouge et Noir ont découvert un demi-offensif qui les a fait bondir de leurs sièges lors de la finale de l’Est. Kienan Lafrance a porté l’attaque sous la neige en accumulant 157 verges et en inscrivant le touché de la victoire.

Tout ça après avoir pris le relais du porteur de ballon numéro un de l’équipe, tombé au combat lors de la première séquence offensive.

Le jeune homme de 25 ans a prouvé qu’il n'avait pas froid aux yeux, mais il devra compter sur une ligne offensive dominante pour réussir à faire sa marque dans la grande finale.

Le Rouge et Noir risque aussi d’utiliser Travon Van pour installer son jeu au sol.

Le camp albertain compte quant à lui sur le joueur canadien par excellence Jerome Messam. Le Torontois d’origine a connu sa meilleure saison en carrière avec 1198 verges au sol en 18 matchs, un sommet dans la LCF cette saison.

Messam est costaud et difficile à arrêter, mais ses performances seront tributaires de sa ligne offensive, qui est toutefois décimée par les blessures.

Les receveurs

Marquay McDaniel. Voilà un nom qui doit hanter quelques-uns des membres de la tertiaire de la défense d’Ottawa. Le receveur a inscrit deux touchés et a accumulé 172 verges par la passe en deux matchs contre le Rouge et Noir cette saison.

Il ne faut pas oublier non plus DaVaris Daniels, la recrue de l’année dans la LCF, qui a accumulé 78 verges par rencontre en 2016.

Du côté ottavien, Henry Burris a de multiples ressources à sa disposition. Pour la deuxième année de suite, le Rouge et Noir compte sur quatre receveurs à plus de 1000 verges : Ernest Jackson, Greg Ellingson, Brad Sinopoli et Chris Williams (blessé).

À ceux-là s'ajoute Juron Criner, qui a réussi un attrapé spectaculaire avec une seule main à l’entraînement cette semaine, et vous avez le groupe rêvé d’un quart-arrière.

La ligne défensive

Pour permettre au quart-arrière de prendre de bonnes décisions avec le ballon, il doit avoir du temps. Le travail de la ligne défensive? S’assurer que ce ne soit pas le cas.

Pour y parvenir, Calgary compte sur Charleston Hughes, qui terrorise les quarts année après année dans la LCF. L’ailier défensif a été dominant cette saison avec 16 sacs du quart.

Cordarro Law se trouve de l’autre côté de la ligne défensive et est tout aussi capable de déranger Henry Burris.

La ligne défensive d’Ottawa s’est solidifiée au cours des derniers mois avec l’ajout de Cleyon Laing au début novembre, ainsi qu'avec les retours d’Arnaud Gascon-Nadon et de Moton Hopkins, tous les deux touchés par les blessures cette saison.

Ils auront la double tâche de déranger Bo Levi Mitchell et de freiner Jerome Messam.

Les botteurs

Le Rouge et Noir a connu la meilleure saison de sa jeune histoire du côté des unités spéciales. La position de botteur demeure toutefois un point d’interrogation.

Le botteur de précision habituel Chris Milo ne sera pas de la partie dimanche, toujours embêté par une blessure.

Ray Early s’acquittera de ces responsabilités pour un troisième match de suite. Avant de s’entendre avec Ottawa, Early n’avait tenté qu’un seul placement dans le football professionnel. Sa plus longue tentative réussie : 39 verges.

Rene Parades ne connaît pas la meilleure saison de sa carrière, mais il demeure un botteur fiable. Il possède un pourcentage d’efficacité de 87,5 % et son plus long placement réussi en 2016 était de 52 verges.

Si le match de la Coupe Grey devait être serré, Early et Parades pourraient déterminer l’équipe gagnante.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards