Retour

Crise des opioïdes en Ontario : plus d’argent, mais pas d’état d’urgence

Le ministre de la Santé et des Soins de longue durée de l'Ontario, Erik Hoskins, a annoncé un investissement supplémentaire de 222 millions de dollars pour lutter contre la crise des surdoses d'opioïdes qui sévit dans la province.

La première ministre Kathleen Wynne a toutefois fait savoir qu'elle ne comptait pas déclarer l'état d'urgence en Ontario.

L’argent neuf injecté par le gouvernement servira notamment à ajouter des intervenants de première ligne en réduction des méfaits et à élargir la distribution de naloxone aux personnes à risques.

15 millions de dollars seront utilisés pour améliorer la gestion de la prescription d’opioïdes par les médecins.

Le gouvernement a également décidé de s’associer au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) pour élargir les services de traitement des dépendances.

La première ministre Kathleen Wynne considère que la crise actuelle est un « problème continu » qui ne pourra pas se régler à court terme.

Par conséquent, elle ne juge pas approprié de déclarer l’état d’urgence dans la province.

Le ministre Erik Hoskins, pour sa part, a réitéré que l’Ontario faisait face à une crise de santé publique grave qui doit être gérée grâce à des investissements à long terme plutôt que de faire une gestion de crise à court terme.

Le chef médical de la Santé publique de l’Ontario, Dr David Williams, a salué l’annonce du gouvernement et appuie la décision de ne pas déclarer l’état d’urgence. « Nous mettons à jour et élargissons notre stratégie, à mesure que la crise des opioïdes évolue [...] Des solutions à court terme sont insuffisantes : l’Ontario vise plutôt le long terme. », a-t-il indiqué.

Hier, plus de 700 médecins, infirmières, travailleurs de rue et universitaires ont signé une pétition pressant le gouvernement de l’Ontario de déclarer l’état d’urgence.

Ils ont également demandé davantage d’investissement pour ouvrir des centres d’injection supervisée là où les besoins sont les plus criants.

Des données de 2016 démontrent qu'en Ontario, deux personnes meurent chaque jour d’une surdose liée aux opioïdes.

Selon les intervenants sur le terrain, ces chiffres ne représentent plus la réalité et le nombre de morts liées aux opioïdes serait en hausse importante.

Plus d'articles

Commentaires