Retour

Cure de rajeunissement pour les Terrasses de la Chaudière

Les édifices fédéraux du complexe des Terrasses de la Chaudière pourraient complètement changer d'apparence, d'ici les prochaines années.

La Commission de la capitale nationale (CCN) a donné son approbation, jeudi, au plan de rénovation proposé par Services publics et Approvisionnement Canada.

Selon le design préliminaire, les édifices bruns, tels qu'on les connaît, pourraient laisser place à des immeubles vitrés et à un nouvel atrium.

De nouveaux espaces commerciaux pourraient voir le jour du côté de la rue Eddy et la zone des arrêts d'autobus pourrait être transformée en une zone piétonnière.

Danger public

Les Terrasses de la Chaudière ont été construites en 1978. Ells n'ont jamais été revampées. Des fragments de panneaux du revêtement extérieur sont tombés à deux reprises, depuis 1997.

La détérioration du revêtement représente un danger pour la sécurité publique, selon Services publics et Approvisionnement Canada. Procéder à la réfection du complexe est, dit-on, une question de responsabilité civile.

Des abris de protection ont été mis en place pour assurer la sécurité des piétons. Il est toutefois impératif, selon le ministère, de remédier à la situation le plus rapidement possible.

Services publics et Approvisionnement Canada ont deux options :

1. Conserver les panneaux de revêtement et enlever le placage de briques;

2. Tout arracher et reconstruire la façade au complet.

Le ministère aimerait également refaire le rez-de-chaussée du complexe et créer plus d'espace pour accueillir davantage d'employés fédéraux.

Processus de consultations

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, voit de bons côtés aux rénovations, mais il déplore le manque de consultation du fédéral.

« C'est vraiment un projet qui va changer la face de Gatineau dans tous les sens, mais c'est aussi un endroit stratégique », rappelle-t-il.

« C'est le lien entre la rive et le coeur du centre-ville et c'est à côté du projet Zibi. C'est l'image de Gatineau, donc on doit faire un processus de consultation beaucoup plus formel. »

Il admire l'aspect moderne des changements proposés, mais se questionne sur la nécessité de se débarrasser de la brique brune des édifices. Ces briques font partie du paysage urbain du centre-ville, rappelle-t-il. Plusieurs autres immeubles aux alentours sont construits avec ce matériau.

Est-ce qu'on veut que les briques brunes disparaissent complètement? Est-ce qu'on veut qu'une part de ça reste? Pour moi ça fait partie de la discussion à avoir avec Gatineau.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Services publics et Approvisionnement Canada, qui mène le dossier, dit que des discussions entre des fonctionnaires fédéraux et municipaux ont eu lieu. Il y en aura d'autres.

« Notre intention, c'est de les consulter et de passer [avec eux] à travers du processus », explique Sylvie Ouellet, chef de projet à Services publics et Approvisionnement Canada

« Pour le moment, on est vraiment à un stage très préliminaire, donc c'est pour ça qu'il n'y a pas vraiment eu de consultation publique. On n'a pas vraiment commencé le projet. »

Les travaux de réfection des Terrasses de la Chaudière pourraient commencer au printemps 2019.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine