PHOTOREPORTAGE - L'équipe de production et les bénévoles de la cinquième édition de la compétition de danse Hit The Floor de Gatineau se sont levés à l'aube, jeudi matin, pour accueillir les 3000 danseurs qui brûleront les planches du Casino du Lac Leamy toute la fin de semaine. Voici comment s'organise la plus grosse compétition de danse au Canada.

Un texte de Joël Fitzgerald

L'excitation est à son comble dans les bureaux, les couloirs, les loges et les coulisses de Hit the floor. Depuis cinq ans, l’événement accueille plus de 60 écoles de danse provenant de partout dans le monde.

Selon Isabelle Dutrisac, directrice du marketing et des communications, produire un rendez-vous de cette envergure repose principalement sur l’amour de la danse et le désir de vouloir faire vivre des expériences aux jeunes.

Dès leur arrivée, les compétiteurs sont pris en charge par l’équipe de production : accréditations, ordre de passage, horaire de la compétition et informations importantes leur sont alors transmis.

Par la suite, ils sont dirigés dans une grande loge pour qu’ils puissent organiser leurs effets personnels. Dans la même section, on retrouve des salles de collaboration où les participants peuvent échanger, se réchauffer et répéter leurs routines avant de passer sur scène.

Certains danseurs pratiquent même leurs pas de danse dans les corridors, afin de maximiser leur concentration.

Un responsable de la logistique s’occupe d’aller chercher les participants et les placent en ordre de passage dans les coulisses. Les danseurs entrent côté jardin (à gauche du public) et ressortent côté cour (à droite) afin de minimiser la perte de temps.

Derrière la scène, on retrouve une équipe qui s’occupe de coordonner le spectacle. Un animateur annonce le prochain numéro et ce dernier est projeté sur les dizaines d’écrans mis à la disposition du public et des participants dans les loges et les corridors.

Le panel de juges, composé de six professionnels du milieu de la danse, est installé sur une estrade, dans le fond de la salle de spectacle. Sur la longue table, on retrouve fiches d’évaluation, calepins, ordinateurs et micros. La tâche des juges est principalement d’évaluer la qualité des numéros en se basant sur la technique, l’interprétation et la coordination des participants.

Au terme de chaque bloc de compétition, le jury prend place dans un salon privé, afin de ne pas être en contact avec les spectateurs, les membres de la production et les participants, lors de leur délibération.

Une équipe de massothérapeutes est aussi sur place en cas de blessure légère d’un participant, ou simplement s’il a besoin de prendre soin de ses muscles en prévision d’une blessure de performance.

Pour l’amour de la danse

À tous les ans, plus de 125 bénévoles donnent un coup de main au comité organisateur. Leur paye ? Les sourires et les yeux brillants des participants.

« Pour être bénévole, il faut avoir beaucoup de passion et de volonté, raconte Mme Dutrisac. Ils [les bénévoles] aiment énormément la danse, et la plupart reviennent à chaque année. »

Tous les bénévoles reçoivent à leur arrivée un laisser-passer, ainsi qu’un chandail à l'effigie de l’événement, afin de maximiser la sécurité sur les lieux. Leur quart de travail est d’une durée maximale de quatre heure par jour, et un repas leur est servi lorsqu’ils sont en poste.

« Ce qui est le fun, c’est de savoir que les gens sont prêts à donner de leur temps pour que les participants vivent une expérience inoubliable, explique Isabelle Dutrisac. Je n’en reviens pas encore qu’on soit la plus grosse compétition canadienne. »

Pour Isabelle Dutrisac, Hit the floor va au-delà de son aspect compétitif et qu’il devrait être vu comme un festival. « On n’offre pas juste des compétitions, on a aussi des ateliers, des spectacles, des exposants et un ‘’after party’’ pour les participants, les professeurs et les organisateurs » raconte-t-elle.

Elle souligne aussi que les autres événements n’offrent pas une programmation diversifié et que l’expérience du compétiteur n’est pas la même qu’à Hit the floor.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards