Retour

Date butoir de Phénix : des fonctionnaires attendent toujours

Alors que l'échéance que s'était imposée le gouvernement fédéral pour régler les problèmes du programme de paye Phénix est arrivée, des fonctionnaires soutiennent être toujours contraints de s'endetter pour payer leurs factures.

Les membres de trois syndicats de fonctionnaires fédéraux doivent se rassembler devant les bureaux du premier ministre au centre-ville d'Ottawa, lundi midi, afin de faire pression pour que les problèmes du système soient réglés une fois pour toutes.

Il y a deux semaines, la sous-ministre de Travaux publics et des Services gouvernementaux, Marie Lemay, avait admis que certains cas complexes ne seraient pas réglés à temps pour le 31 octobre, comme le prévoyait initialement le gouvernement.

Sabrina Arrizza, une employée d'Affaires mondiales Canada, fait partie de ces cas. Elle affirme que le gouvernement lui doit toujours 4000 $ en salaire non versé.

« J'ai atteint un stade de désespoir complet [trad. libre] », souligne-t-elle. Elle précise avoir fait appel au crédit pour payer ses comptes.

Plus tôt cet été, Mme Arrizza a été avisée que son dossier faisait partie des cas complexes à régler. Elle affirme ne pas avoir reçu d'appels depuis de la part des employés, qui traitent son dossier, ce qu'elle déplore.

En mai dernier, Sabrina Arrizza est passée du statut d'employée occasionnelle à contrat à celui d'employée pour une période déterminée. Elle soutient ne pas avoir touché de paye pendant sept semaines.

Lorsqu'elle a finalement reçu un chèque, le salaire versé était moindre que prévu, selon elle. De plus, l'employée dit ne pas avoir été remboursée pour ses soins dentaires.

Un autre cas non réglé

De son côté, Dean Ashby, gestionnaire à Mesures Canada, affirme que le gouvernement lui doit 18 000 $ en salaire. Il soutient avoir dépensé toutes ses épargnes pour payer ses comptes et en être réduit à annuler les activités sportives de ses enfants, afin de sabrer ses dépenses.

C'est à la suite d'un retour au travail en avril dernier, après un congé de 18 mois, que les problèmes de paye de M. Ashby ont commencé. Il a passé sept périodes de paye sans recevoir de chèque. Lorsqu'il a finalement été payé en juin, le montant reçu était moins important que prévu.

« Je travaille et je travaille et je ne suis pas payé. On ne peut pas faire ça. C'est contre la loi [trad. libre] », déplore-t-il.

D'après CBC

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?