Retour

Davantage de fusillades à Ottawa, mais moins de violence attribuable aux gangs de rue

Une mise à jour de la Stratégie d'Ottawa relative aux gangs de rue montre que la violence dans la rue est de moins en moins attribuable aux bandes organisées.

Cette Stratégie, qui est coordonnée par une vingtaine d'organismes et de groupes communautaires, a été mise en place il y a trois ans.

Dans la mise à jour faite au Comité des services communautaires et de protection de la Ville d'Ottawa, jeudi, les responsables de la Stratégie indiquent qu'il y avait, en 2015, huit bandes de rue en activité, regroupant 435 membres.

Mais le rapport souligne un changement dans l'activité criminelle.

« Le commerce de la drogue, les infractions relatives aux armes, la violence et le commerce du sexe ne sont plus l'apanage de bandes de rues bien organisées. Actuellement, la violence dans la rue est plutôt attribuable à des individus vaguement reliés », peut-on notamment y lire.

Fusillades à la hausse en 2016

Une augmentation importante du nombre de fusillades, cette année, vient brouiller un peu ce portrait.

Selon les données du Service de police d'Ottawa (SPO), le record de 2014 a été dépassé au début du mois d'octobre et le total de fusillades dans la capitale nationale s'élève jusqu'à présent à 55.

Au moins 25 de ces fusillades sont liées aux gangs de rue, selon les enquêtes de la SPO. Il s'agit d'une augmentation par rapport à 2015, mais d'un nombre tout de même plus bas que celui enregistré en 2014.

Selon ses responsables, la Stratégie d'Ottawa relative aux bandes de rue donne des résultats probants.

Le programme aura permis jusqu'à maintenant à 169 jeunes de réussir un programme de déjudiciarisation.

Il aura aussi permis, d'avril 2015 à mars 2016, d'intervenir auprès de 139 familles et de 565 jeunes marginalisés à risque, afin d'éviter que ces derniers ne soient recrutés par des criminels.

Malgré tout, depuis 2014, les policiers ont déposé 800 accusations criminelles contre 600 personnes et ont saisi 130 armes à feu liées au crime.

Les responsables de PCO estiment que la Stratégie est appelée à évoluer en fonction des réalités changeantes de la rue et des communautés.

L'an dernier, la Ville a presque doublé le budget de fonctionnement de ce programme, qui est passé de 650 000 $ à 950 000 $.

Avec les informations de Stéphane Leclerc

Plus d'articles