Retour

DCDLS tend la main au propriétaire des Sénateurs 

Advenant que le projet du groupe DCDLS remporte l'appel d'offres pour la valorisation des plaines LeBreton, les responsables sont prêts à négocier avec le propriétaire des Sénateurs Eugene Melnyk pour accueillir l'équipe.

Le vice-président principal de Canderel, Daniel Peritz, affirme que les Sénateurs ont une place à part entière dans le projet Illumination.

S'il considère la possibilité de vendre l'aréna compris dans leur offre à Eugene Melnyk, il n'est pas contre le fait d'explorer d'autres avenues.

« Bien entendu, ces discussions peuvent s'avérer complexes, notamment en ce qui a trait aux termes et aux conditions qu'il faudrait négocier. Mais nous sommes ouverts », indique-t-il.

Eugene Melnyk soutient pour sa part que son équipe ne déménagera sur les plaines LeBreton que si son groupe rafle la mise. Il n'est pas question non plus pour lui de louer une enceinte.

« Il nous faut tout le site afin d'avoir la flexibilité dont nous avons besoin [...] Sans ça, nous allons rester à Kanata. Nous sommes bien là-bas, même si nous serions plus heureux au centre-ville », a-t-il précisé.

Le professeur en marketing du sport à l'Université du Québec à Montréal, André Richelieu, croit cependant qu'en adoptant une telle position, le propriétaire des Sénateurs se met beaucoup de pression.

« C'est certain que cela met les feux des projecteurs sur Eugene Melnyk, parce qu'on est en train de se poser des questions vis-à-vis d'un propriétaire qui, jusqu'à maintenant, a rechigné plus sûrement qu'autrement à investir dans le produit, qui a mainte fois répété que Kanata, ce n'est pas l'emplacement idéal pour les Sénateurs, que la dépréciation du dollar canadien lui faisait mal », rappelle-t-il.

L'avenir du Centre Canadian Tire

Par ailleurs, concernant l'avenir du site actuel du Centre Canadian Tire, le conseiller du quartier Kanata-Sud, Allan Hubley, dit que sa préférence est évidemment que les Sénateurs restent à Kanata.

Mais s'ils devaient plier bagage, il ne serait pas contre l'idée d'installer sur place un parc d'attractions intégré à un centre commercial, comme le West Edmonton Mall en Alberta.

Ce genre d'idée, ajoute le conseiller, semble avoir un écho favorable chez les résidents.

Le son de cloche est très différent du côté des commerçants du secteur, dont le plan d'affaires pour certains dépend entièrement de la présence de l'équipe de la LNH.

Avec des informations de CBC et de Stéphane Leclerc

Plus d'articles

Commentaires