L'architecte Pierre Thibault et le journaliste François Cardinal se sont penchés sur la beauté des espaces, des lieux et des villes. Après enquête, ils constatent que les beaux endroits rendent les personnes qui les côtoient plus heureuses.

Leur livre Si la beauté rendait heureux se penche sur cinq de ces lieux inspirants.

L'architecte estime que sa conception de la beauté s'inscrit dans une vision holistique et pas uniquement esthétique.

Selon lui, la place de la nature dans l'environnement urbain est essentielle au bien-être des citoyens, particulièrement pour les tout-petits.

« Pour moi, une école devrait se construire dans un parc de verdure. Si les arbres ne sont pas là, on les plante. J'arracherais l'asphalte dans toutes les écoles et je replanterais des arbres », explique Pierre Thibault.

L'école devient ainsi un lieu de rassemblement, croit-il, plutôt qu'un environnement presque carcéral.

Les villes

Pierre Thibault souligne par ailleurs la grande présence d'espaces verts dans la région d'Ottawa-Gatineau. Il rappelle toutefois que les villes doivent s'adapter à la croissance démographique, en augmentant aussi la présence de végétation.

L'urbanisme d'une ville repose aussi, selon l'architecte, sur des espaces réservés aux transports actifs.

« Au Danemark, on intègre à merveille le réseau piéton, le réseau cyclable et beaucoup de végétation », estime l'architecte.« On dit que Copenhague, c'est la ville où les gens sont les plus heureux, et c'est tangible, c'est palpable. »

Pierre Thibault croit que les ressources sont présentes au Canada, mais qu'une vision de grandeur manque à notre société.

Plus d'articles