Retour

De faux comptes Twitter s'immiscent dans la course conservatrice

Plus d'une trentaine de faux comptes tentent d'influencer les débats sur Twitter à propos de la course à la chefferie du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario. Fait intéressant, plusieurs de ces mêmes comptes semblent avoir été créés dans la foulée du canular de l'attaque au hijab.

Un texte de Natasha MacDonald-Dupuis

Ces faux profils, communément appelés « trolls », ont tous été créés dans les dernières semaines et appuient les candidats Doug Ford et Tanya Granic Allen.

Ils tentent presque tous de faire circuler le mot-clic #crookedchristine, ainsi que des « memes » qui visent principalement la candidate Christine Elliott, l’accusant notamment d’être corrompue. Peu étonnant, puisque Christine Elliott est la favorite selon les derniers sondages.

En moins d’une heure, le journaliste Jeff Yates, spécialisé en désinformation, a réussi à compiler une trentaine de ces faux comptes, dont la plupart ont des noms génériques et utilisent des photos empruntées.

« C’est très suspect, mais je ne pense pas que ce sont des robots. Il y a des vraies personnes qui gèrent ces faux comptes et ils semblent tous être liés parce qu’ils ont tous été créés en même temps et se suivent tous », dit-il.

Le « hijab hoax »

Impossible de savoir qui est derrière ces comptes, mais plusieurs d’entre eux semblent avoir été créés en janvier pour protester contre le canular de l’attaque au hijab.

Cette controverse nationale avait éclaté après qu’une jeune élève de Toronto ait affirmé qu'un homme asiatique avait découpé son hijab. Le tollé avait suscité la colère du groupe de droite Chinese-Canadian Alliance, qui avait ensuite manifesté à Ottawa aux côtés de groupes d’extrême droite comme La Meute.

« Ce qui est très intéressant, c’est qu’on voit que les premiers tweets de ces comptes-là, en janvier, sont à propos du hijab hoax [NDLR : qu'on peut traduire par canular du hijab] et par la suite c’est presque exclusivement à propos de Doug Ford et Tanya Granic Allen », explique Jeff Yates.

La plupart semblent aussi avoir changé leurs noms d’affichage. Par exemple, le nom affiché du compte « Xu Ping » est « Glenn ». Un autre s'appelle « Enoch Shallum », mais son nom d’utilisateur est « Xifenglie2 ».

Une influence sur l’issue du vote?

Impossible également de prédire si ces faux comptes auront une influence sur l’issue de la course à la chefferie, même si leur but semble être de miner le résultat du vote.

« C’est une tactique de plus en plus employée, parce qu’il est facile de créer ce genre de réseau de faux comptes qui agissent comme porte-voix pour véhiculer des messages politiques », ajoute Jeff Yates.

Si la plupart d’entre eux semblent être contrôlés par de vraies personnes, au moins un de ces faux comptes semble être un « bot », ou robot , selon Jeff Yates. Ce genre de comptes a notamment servi pour favoriser la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine.

Le compte en question a été créé en 2008 et n’a tweeté que quelques fois en 2012. Puis, à partir du 3 mars 2018, il a exclusivement retweeté des publications pro-Doug Ford.

« On dirait que quelqu’un a payé ce robot pour qu’il retweete ces messages. Il n’écrit pas de tweets, mais a effectué une centaine de retweets en quelques jours ».

L’équipe de Doug Ford n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Plus d'articles