Retour

De Grasse et Barber regardent vers Londres, Philibert-Thiboutot espère s'y rendre

Le sprinteur Andre De Grasse a devancé Brendon Rodney et Aaron Brown à l'épreuve du 200 m des championnats canadiens d'athlétisme à Ottawa.

De Grasse, médaillé d’argent à Rio au 200 m, a arrêté le chrono à 19,96, avec un vent favorable de 2,7 m/s. L’athlète de 22 ans originaire de Markham a également gagné le 100 m vendredi.

« Je suis plus content de la victoire [que du temps sous les 20 secondes]. Je me sentais un peu fatigué, je n’ai pas l’habitude de courir si tôt dans la journée. »

De Grasse était satisfait du niveau de compétition. Il est difficile pour les sprinteurs de pointe d’atteindre de bons temps s’ils leurs pairs ne leurs soufflent pas dans le cou.

« J’ai dû faire un effort pour me concentrer et être dans le bon état d’esprit pour la course. Mais je suis vraiment content, les gars m’ont réellement poussé. Maintenant, je retourne au travail à l’entraînement, il faut que je travaille la première phase de ma course. »

« Je n’avais rien dans le premier 100 mètres, j’ai dû trimer dur pour rattraper les gars. Je suis content que ma puissance était là, même si la vitesse n’y était pas. Le temps n’était pas si bon que ça. Si je veux gagner à Londres [aux Mondiaux], je crois que je vais devoir battre mon record canadien. »

De Grasse a pris le temps de saluer la foule d'Ottawa. Les estrades du stade Terry-Fox ont été presque pleines pendant toute la fin de semaine. « J'ai signé des centaines d'autographes, a dit le spinteur, le sourire aux lèves. Facilement des centaines, peut-être plus près de mille. »

Le facteur vent a rendu les temps non homologables. Toute vitesse au-delà de 2 m/s rend les temps officiels invalides pour les records ou les standards.

Rodney devra donc attendre pour se qualifier pour les championnats du monde. Il était triple champion canadien en titre du 200 m.

De Grasse a par ailleurs dit que ses rivaux d'aujourd'hui se rapprochent de lui, ce qui augure bien pour le relais. « Nous sommes amis [Rodney, Brown et lui]. Aaron a aidé à convaincre les entraîneurs à USC [l'Université Southern California, pour qui les deux Canadiens ont couru] que c'était le bon endroit pour moi, et Brendon, je le connais bien du circuit de la NCAA aussi. Ils sont de plus en plus rapides, on a une équipe super cette année. »

Chez les femmes, Crystal Emmanuel a réussi le doublé. Elle a fait un temps de 22,55 s, ce qui aurait été un nouveau record national, n’eut été le vent favorable.

Aucun coureur n'a donc battu la marque de 22,62, établie par Marita Payne-Wiggins, la mère d’Andrew Wiggins, vedette des Timberwolves du Minnesota dans la NBA.

Ben Thorne a gagné le 20 km marche en 1 h 22 min 11,1 s. Evan Dunfee, quatrième à Rio, l’a suivi en 1:23:38,73.

Une victoire, mais pas de standard pour Philibert-Thiboutot

Charles Philibert-Thiboutot s’est imposé au 1500 m avec un temps de 3:45. Le Québécois devra lui aussi trouver une autre occasion d’avoir son standard pour Londres.

« J’avais en tête de partir à un rythme assez fort, peut-être même y aller pour le standard, mais ça prend les conditions pour ça, ce qu’on n’avait pas.

« De l’avant j’ai essayé de contrôler le rythme de la course, résume l'athlète de 26 ans. »

Son agent a invité quelques coureurs américains de pointe pour une course à Sainte-Thérèse le 12 juillet. « Il me reste 10 jours pour courir le standard. Ma saison n’a pas été comme je le voulais, même si j’étais dans la meilleure forme de ma vie cet hiver. »

Philibert-Thiboutot indique que des blessures au printemps ont ralenti sa préparation et son entraînement.

Barber espère transporter ses exploits de Pékin à Londres

Même s'il a remporté le titre aux championnats canadiens et qu'il est détenteur de la 1re place aux Mondiaux de Pékin, en 2015, le spécialiste du saut à la perche, Shawn Barber ne prend rien pour acquis en vue des championnats du monde à Londres au mois d'août.

« Je m'en vais compétitionner comme n'importe qui d'autre, tout le monde veut se rendre et être le meilleur, c'est avec le même état d'esprit que je me rendrai là-bas [à Londres]. »

Plus de détails sur la préparation de Barber en vue des Mondiaux peuvent être entendus dans la vidéo suivante.

En avril dernier, Barber a dévoilé au monde son homosexualité, mais n'avait pas émis de commentaires à ce sujet depuis. Il est rare de voir un athlète professionnel poser un tel geste.

L'athlète de 23 ans a affirmé être satisfait de sa décision.

« Ce n'est pas quelque chose qui devrait déranger, ce n'est qu'un choix que j'ai fait, mentionne Barber [...] il ne devrait pas avoir de controverses autour de sujets comme ceux-là. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine