Retour

De l'école Sir Wilfrid Laurier au football professionnel, le parcours du Gee-Gees Jackson Bennett

Après quatre ans avec les Gee-Gees de l'Université d'Ottawa, Jackson Bennett s'estime prêt à passer à la prochaine étape. Pourtant, il se sent encore « comme si c'était hier » lorsqu'il parle de ses années dans les ligues scolaires de la capitale, avec l'école Sir Wilfrid Laurier.

Un texte de Jonathan Jobin

Le demi défensif est plus près que jamais de réaliser son rêve. Il sera assurément choisi par une équipe de la Ligue canadienne de football (LCF), jeudi soir, lors du repêchage.

Il a également reçu une invitation au mini camp des Giants de York, dans la NFL, auquel il participera bientôt. « C'est un rêve devenu réalité. Je suis chanceux d'avoir cette occasion de montrer ce dont je suis capable. Je veux me faire un nom là-bas », lance un Bennett fébrile, à quelques jours de son départ pour New York.

Le joueur de 22 ans a fait écarquiller les yeux lors des camps d’évaluation de la LCF. « Je dois montrer ma vitesse, mon intelligence sur le jeu et mon leadership », mentionne le joueur lorsqu’il parle de son expérience prochaine avec les Giants.

Son entraîneur à Ottawa, Jamie Barresi, ne doute pas qu’il pourra se mettre en valeur. Selon lui, Bennett a un futur étincelant. « Jackson est tout ce que vous voulez dans un joueur de football. Il est généreux et c'est un joueur d'équipe », explique Barresi, un ancien entraîneur dans la LCF.

À toutes ces qualités, il faut ajouter une éthique de travail irréprochable selon le coordonnateur défensif des Gee-Gees. « C'est un des gars les plus travaillants d'une équipe. Des fois, il faut le retenir. C'est plus facile pour un entraîneur de retenir un joueur que de le pousser », rigole Jean-Vincent Posy-Audette.

La polyvalence, l’arme de Bennett

Jackson Bennett étonne aussi par sa polyvalence. Il a joué à presque toutes les positions au sein de la défensive des Gee-Gees, de même que sur les unités spéciales.

« On ne dit pas qu’il est polyvalent pour cacher des lacunes, il l'est vraiment », insiste Posy-Audette, qui fait une analogie avec le hockey. « C'est un peu comme un joueur de centre qui peut jouer à l'aile. Ça aide parce qu'un ailier peut rarement jouer au centre. »

Bennett a occupé les postes de demi défensif, de secondeur et de maraudeur au cours des dernières saisons. « Je jouerai n’importe où pour être à ce niveau », poursuit Bennett, tout en affichant sa préférence pour le poste de maraudeur.

Difficile de dire à quel rang Bennett sera sélectionné jeudi soir. De son propre aveu, le joueur se voit comme un choix de 1er tour. Son invitation au mini-camp des Giants de New York pourrait toutefois refroidir les ardeurs de certaines équipes de la LCF.

Le principal intéressé ne semble pas s'attarder à son futur rang de sélection ou à la formation qui le choisira. « Je veux simplement montrer que je peux être un joueur professionnel et surtout une bonne personne », affirme le jeune homme.

Jean-Vincent Posy-Audette de son côté aimerait bien le voir dans sa cour, avec le Rouge et Noir. « Ça montre qu'un joueur qui a grandi dans la région d'Ottawa et qui a joué au secondaire et à l'Université ici est capable de compétitionner avec l'élite », dit le coordonnateur défensif, qui souligne l’effet positif sur le programme de l’Université d’Ottawa.

L’entraîneur des Gee-Gees, de son côté, ne se risque pas au jeu des prédictions. « J'ai été autour de la table le jour du repêchage. Les discussions sont difficiles et tout peut changer en deux minutes », insiste Barresi, qui croit que les besoins des équipes dicteront l’avenir de son joueur.

Le capitaine de la défensive des Gee-Gees, Khadim Mbaye, pourrait aussi être sélectionné.

Plus d'articles