De la marijuana en vente à la régie des alcools de l'Ontario? C'est en tout cas ce que propose le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario, Warren « Smokey » Thomas, advenant que le gouvernement fédéral tienne sa promesse de légaliser la marijuana au pays.

Le premier ministre Justin Trudeau avait promis en campagne électorale fédérale de légaliser la marijuana, dans le but d'en restreindre l'accès aux mineurs, de lutter contre le commerce illégal qui profite au crime organisé, et de soulager l'appareil judiciaire de ces infractions criminelles.

Si cet engagement se concrétise, Smokey Thomas croit que la commercialisation du psychotrope devrait se faire à travers le réseau de distribution de la LCBO.

« Ce ne serait pas nécessaire de réinventer la roue », affirme-t-il.

Selon lui, la Régie des alcools de l'Ontario a déjà le système en place qui permettrait de contrôler avec succès la distribution de la marijuana dans la province.

« Premièrement, ils assument une certaine responsabilité sociale en faisant des vérifications d'âge ou en refusant de vendre un produit à une personne qui est déjà en état d'ébriété. Deuxièmement, leurs systèmes d'entreposages et de distribution sont sécuritaires, je peux en attester. Troisièmement, les employés sont bien formés », énumère le chef syndical.

Une idée pas si farfelue

Smokey Thomas, qui représente aussi les employés de la LCBO, ne pense pas qu'une telle mesure engendrerait des créations d'emplois.

Il estime cependant qu'elle aurait pour effet d'augmenter le chiffre d'affaires et les ventes de la Régie, ce qui garantirait une plus grande sécurité d'emploi aux travailleurs.

Par ailleurs, la Régie des alcools de l'Ontario n'a pas dit si elle serait ouverte ou non à la proposition de Smokey Thomas.

Il faut savoir cependant que la prise de position de ce dernier n'a cependant rien de saugrenu.

Lors de son discours du Trône, lundi, le premier ministre du Manitoba Greg Selinger a indiqué que la Société manitobaine des alcools et des loteries ainsi que la Régie des alcools et des jeux « seront bien placées pour réglementer la vente et la distribution de la marijuana d'une manière sécuritaire et socialement responsable ».

Pour sa part, le gouvernement de l'Ontario n'a pas voulu s'avancer sur la proposition, même si la ministre de la Justice, Madeleine Meilleur, reconnaît qu'il faudra encadrer la vente.

« Je pense que la vente devra être structurée et que c'est une suggestion comme d'autres qui seront portées à notre attention », a-t-elle indiqué.

Le gouvernement fédéral n'a pas encore dit quand il créera le groupe de travail fédéral-provincial chargé d'établir un réseau encadré de commercialisation de marijuana soumis aux taxes provinciales et fédérales.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine