Retour

De plus en plus de fusillades non liées aux gangs de rue à Ottawa

Alors que la capitale nationale a enregistré un nombre record de fusillades depuis le début de l'année, la police d'Ottawa note un changement de culture des armes à feu sur son territoire. La violence reliée aux armes n'est pas que le fait des bandes de rue, selon les autorités.

De plus en plus de personnes qui ne sont pas membres de gangs ont recours aux armes et celles-ci sont de plus en plus acceptées, selon l'inspecteur Chris Renwick, qui supervise l'Unité des bandes et des armes à feu de la Police d'Ottawa.

Lors d'une réunion du conseil d'administration de Prévention du crime Ottawa lundi soir, l'inspecteur Renwick a présenté le Rapport sur la Stratégie d'Ottawa relative aux bandes de rue, un document visant à régler le problème de violence dans la capitale.

Selon le rapport, des 46 fusillades enregistrées en 2015, 21 étaient reliées aux gangs de rue. Huit n'étaient pas liées aux bandes, tandis que dans 17 autres cas, on ignore si elles l'étaient ou pas.

En 2014, 32 des 49 fusillades ont été liées aux gangs de rue. Cinq incidents n'ont pas été liés aux bandes, tandis qu'il a été impossible de le déterminer pour 12 autres fusillades.

Cette année, le nombre de fusillades n'impliquant pas de membres de gang de rue est en hausse, précise Chris Renwick. « Nous voyons des armes utilisées pour résoudre des conflits », précise-t-il.

Selon le rapport de Prévention du crime Ottawa, huit bandes de rue sont actives dans la capitale.

Selon la police, 435 personnes sont associées à ces bandes. Il s'agirait principalement d'hommes âgés de 20 à 30 ans. Le commerce de la drogue serait la source de la violence entre ces gangs.

« Le commerce de la drogue de rue, c'est là où nous voyons les disputes qui mènent aux fusillades dans la communauté. C'est la motivation des gens impliqués dans des activités criminelles [trad. libre] », explique Chris Renwick.

Toutefois, selon lui, Ottawa reste une ville sécuritaire, même si les autorités tentent toujours de freiner le nombre d'incidents avec des armes à feu.

D'après CBC

Plus d'articles