« Es-tu fou? » Cette phrase, Olivier Duhaime l'a entendue plus d'une fois lorsqu'il a expliqué son projet. Le 25 juin, il quittera la ville de Québec au pas de course pour se diriger vers Ottawa.

Un texte de Kim Vallière

« C'est une idée qui me trotte dans la tête depuis un bout. J'ai fait beaucoup de trucs d'endurance, que ce soit des marathons, des ultra-marathons ou des ironman. Avec ce projet-là, je veux montrer aux gens qu'on peut accomplir de grandes choses lorsqu'on choisit de sortir de sa zone de confort », explique celui qui carbure au dépassement de soi.

Comme Olivier Duhaime s'entraîne régulièrement, il se concentre sur sa préparation mentale pour l'aventure. Celui qui a tenté le défi du Vermont 100 l'été dernier ne pourra toutefois pas compter sur d'autres participants pendant la course pour se motiver. Cette fois-ci, il fera cavalier seul.

« Quand je suis au départ d'une course, je me dis que je serai capable et de ne pas me laisser emporter par les doutes. Quand tu prends le départ d'une course de 50, 80, 100, 160 km, c'est sûr que c'est plus difficile parfois, mais si tu y crois, tu as des chances d'y arriver », affirme le jeune homme de 27 ans, qui croit que le cerveau, comme les muscles du corps, peut être entraîné à grands coups de visualisation.

Olivier Duhaime a toujours adopté la même stratégie pendant les courses d'endurance. Il morcelle le parcours en étapes de 10 km et se concentre sur une pièce à la fois. « Un moment donné, tu tombes dans une zone où il ne faut pas que tu t'arrêtes parce que sinon, oublie ça, tu ne te relèveras pas », raconte-t-il en riant.

L'athlète espère que son défi encouragera les gens à se dépasser à leur tour, avec des objectifs plus modestes. Le public est invité à s'inscrire sur son site internet pour indiquer comment il sortira de sa zone de confort pendant les six jours que durera le trajet entre Québec et Ottawa.

« On a tous une distance à accomplir. Pour moi, de faire 430 km, c'est aussi gros que la personne qui 3 ou 4 km et qui décide d'en faire 5 un samedi matin », insiste-t-il, en espérant que les gens sensibilisés agiront ensuite en tant qu'ambassadeurs dans leur cercle social.

Armé de deux paires de souliers, Olivier Duhaime vise une arrivée au centre-ville d'Ottawa en après-midi le 30 juin, la veille du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine