Retour

Décret américain : les citoyens canadiens sont épargnés, assure le ministre Hussen

Le ministre de l'Immigration du Canada, Ahmed D. Hussen, a tenu dimanche, à Ottawa, à rassurer les Canadiens possédant la nationalité d'un des sept pays visés par le décret sur l'immigration signé par Donald Trump plus tôt cette semaine.

« Les Canadiens qui ont la double citoyenneté ne sont pas touchés par ce décret », a déclaré M. Hussen. « Les résidents permanents canadiens ayant un passeport d'un des sept pays peuvent aussi toujours entrer aux États-Unis comme auparavant. »

M. Hussen a expliqué que de hauts fonctionnaires canadiens ont travaillé sans relâche dans les derniers jours pour obtenir ces précisions.

Nous savons que plus de 35 000 citoyens canadiens sont aussi citoyens d’un des sept pays visés par le décret américain.

Ahmed D. Hussen, ministre de l'Immigration du Canada

Le décret s'applique toutefois aux gens des sept pays qui sont en transit au Canada. « Nous sommes au courant de quelques passagers à qui on a refusé l'embarquement à bord de vols canadiens », a souligné M. Hussen.

Le ministre a pris la décision d'offrir la résidence temporaire aux voyageurs qui seraient bloqués au Canada, afin que ces derniers puissent prendre des « dispositions ».

Samedi, les informations à ce sujet semblaient contradictoires. Un représentant du département d'État avait déclaré que les Canadiens ayant aussi la citoyenneté iranienne, irakienne, libyenne, somalienne, soudanaise, syrienne ou yéménite étaient interdits de séjour au cours des trois prochains mois aux États-Unis.

Plus tard, le Cabinet de Justin Trudeau a envoyé un courriel pour dire que les États-Unis ont donné l'assurance que les Canadiens à double citoyenneté ne seront pas renvoyés à la frontière.

Le Canada restera accueillant

Le ministre Hussen a profité de son point de presse pour réitérer que le gouvernement canadien poursuivrait sa politique d'ouverture envers les immigrants. « Nous accueillons les gens qui fuient la persécution, la terreur et la guerre », a-t-il affirmé.

M. Hussen est lui-même originaire de Somalie, l'un des pays visés par le décret américain. Il est arrivé au Canada avec le statut de réfugié et a obtenu la citoyenneté il y a 15 ans.

Ces développements ont semblé soulager de nombreuses personnes ayant des liens avec les pays placés sur la nouvelle liste noire.

« Après quelques jours de frustration au sein de notre communauté, enfin des nouvelles prometteuses », a déclaré le président du Congrès iranien du Canada, Bijan Ahmadi.

Celui-ci s'est dit heureux d'apprendre que les citoyens binationaux et les résidents permanents pourront toujours se rendre aux États-Unis, mais il espère maintenant que les autorités canadiennes dénonceront la nouvelle politique américaine. « Notre organisation condamne cette politique. Et nous croyons que tous les politiciens du Canada – de tous les partis – devraient la condamner également », a souligné M. Ahmadi.

Un journaliste a demandé au ministre Ahmed Hussen pourquoi il ne l'avait pas fait. « Chaque pays a le droit de déterminer ses politiques », a répondu M. Hussen.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine