Retour

Déficit de l'Ontario : 1 milliard $ de moins que prévu

Le déficit ontarien sera de 7,5 milliards de dollars cette année, soit 1 milliard de moins que prévu dans le dernier budget, selon l'énoncé économique présenté, jeudi, par le ministre des Finances.

Un texte de Michel Bolduc

Le ministre Charles Sousa prévoit par ailleurs un déficit de 4,5 milliards pour 2016-2017. C'est 300 millions de moins qu'anticipé.

Manne d'Hydro One

Pourtant, au début du mois, le directeur de la responsabilité financière de la province affirmait que le gouvernement « risquait fort » de ne pas remplir sa promesse. Stephen LeClair citait notamment une révision à la baisse par les économistes de la croissance du PIB et des prévisions trop optimistes quant à la restriction des dépenses gouvernementales.

La réponse du ministre Sousa :

  • Il admet que la croissance économique sera de seulement 1,9 %,plutôt que 2,7 %.
  • Mais l'Ontario a pu réduire son déficit grâce aux recettes plus élevées que prévu provenant de la privatisation partielle du distributeur d'électricité Hydro One.

Une supercherie pour les conservateurs

En octobre dernier, le directeur de la responsabilité financière soutenait, toutefois, que la privatisation d'Hydro One mènerait éventuellement à une perte de revenus annuels de 300 à 500 millions de dollars pour la province, ce qu'ont souligné les conservateurs, jeudi.

Le Parti progressiste-conservateur affirme que l'énoncé économique montre que le gouvernement a pris 1 milliard de dollars dans la réserve et 1,1 milliard de dollars de la vente d'Hydro One pour obtenir un déficit qui paraîtrait plus bas.

« Ce gouvernement continue de refuser d'admettre que sa promesse d'un budget équilibré d'ici 2017-2018 est une supercherie », a dit le porte-parole des conservateurs en matière de finances, Vic Fedeli.

Question économique et politique

La promesse d'équilibrer le budget d'ici 2017-2018 a été au coeur des budgets du gouvernement Wynne. Il pourrait aussi s'agir d'un enjeu clé des prochaines élections provinciales en 2018.

En plus de ces considérations politiques, sur le plan économique, les agences d'évaluation du crédit pourraient abaisser la cote de l'Ontario, si le gouvernement n'atteint pas ses cibles financières. Une telle décote ferait augmenter le coût des emprunts de la province.

Plus d'articles

Commentaires