Retour

Délai d'intervention lors du meurtre d'une aînée : le chef de police devra s'expliquer devant les élus gatinois

Le président de la Commission de la sécurité publique de Gatineau, Jocelyn Blondin, a annoncé, lundi, qu'une rencontre entre les élus et le directeur de police est prévue mardi matin pour faire le point sur le délai d'intervention des policiers lors du meurtre de Thérèse Gauvreau.

Moins d'une semaine après la mort de l'octogénaire, des élus et des citoyens se demandent pourquoi les policiers ont mis 30 minutes pour répondre à l'appel d'urgence fait par le voisin de la dame de 83 ans, Ousmane Alkaly. Ce dernier avait signalé la présence d'un rôdeur au comportement étrange et violent aux abords de sa maison.

À leur arrivée sur les lieux, les policiers ont découvert le corps sans vie de Mme Gauvreau dans sa résidence du boulevard de la Cité-des-Jeunes, dans le secteur de Hull.

Le conseiller Blondin veut comprendre la raison de ce délai d'intervention, qu'il juge inacceptable. « Demain matin, nous rencontrons le chef de police, Mario Harel », a-t-il déclaré. « On va faire le point sur la situation. »

Des élus municipaux réclament une enquête indépendante

M. Blondin appuie ainsi sa collègue Louise Boudrias. Cette dernière réclame une enquête indépendante sur le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), qui a lui-même lancé une enquête interne.

« Les citoyens de Gatineau sont inquiets », a souligné M. Blondin. « Je veux rassurer la population, sans salir la réputation de notre service de police. »

Je veux juste qu'une telle situation ne se reproduise plus et que les gens de Gatineau se sentent en sécurité.

Jocelyn Blondin, président de la Commission de la sécurité publique de Gatineau

Selon lui, le directeur Harel a déjà certains éléments d'information en main, comme l'enregistrement de l'appel au 911, les communications entre le répartiteur et les policiers, ainsi que des coordonnées GPS quant à la localisation des véhicules de patrouille sur le territoire de Gatineau.

Un délai d'intervention anormalement long

Malgré le temps qu'ont mis les policiers à intervenir le jour du meurtre de Thérèse Gauvreau, M. Blondin tient à rassurer la population.

« En temps normal, le SPVG répond en moins de 4 minutes aux appels d'urgence », a-t-il précisé. « Une situation particulière s'est passée mercredi. Elle s'est soldée par la mort d'une dame et je le déplore. »

Mais je veux rassurer la population. On est l'une des villes au Québec qui a le temps de réponse le plus rapide.

Jocelyn Blondin, président de la Commission de la sécurité publique de Gatineau

Le maire de Gatineau a indiqué, par voie de communiqué, que son cabinet est en contact avec le SPVG. Maxime Pedneaud-Jobin a précisé que l'annonce de la mise en place d'une enquête administrative interne est une étape importante.

« Avant de porter un jugement, il faut connaître les résultats de cette enquête interne », peut-on lire dans le document.

M. Pedneaud-Jobin a également fait savoir qu'il n'accordera pas d'entrevue sur cette question.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine