Retour

Dérives sur les réseaux sociaux : « On ne veut pas être les victimes », dit la mairesse de Chelsea

La mairesse de Chelsea, Caryl Green, se réjouit du fait que l'Union des municipalités du Québec (UMQ) veuille lancer un programme afin d'aider les élus municipaux à se défendre contre certaines dérives constatées sur les réseaux sociaux.

L'UMQ envisage en effet de mettre sur pied, l'hiver prochain, un programme visant à appuyer financièrement les élus qui veulent entamer des poursuites contre les auteurs de propos haineux ou diffamatoires sur les réseaux sociaux.

Concrètement, il s'agit d'une assurance qui permettra aux élus de couvrir les frais d'avocats, s'ils désirent traduire devant les tribunaux certains citoyens.

« Avec une protection comme celle qu'on va offrir, les coûts de ces services judiciaires vont être défrayés par le programme d'assurance. Et donc, non seulement pour les finances personnelles [des élus], mais aussi celles de la municipalité, c'est quelque chose de très positif », souligne le porte-parole de l'UMQ, Patrick Lemieux.

La mairesse de Chelsea voit cette initiative d'un très bon oeil. En janvier dernier, elle avait dénoncé un compte Twitter parodique lançant de fausses déclarations qui lui étaient attribuées.

« Les élus sont là pour donner un service à nos municipalités. On ne veut pas être les victimes de ces gestes. Je pense que c'est important qu'on ait un appui pour aller en cour si nécessaire », explique-t-elle.

L'UMQ tente en ce moment de charmer les municipalités au sujet de l'assurance. Si elle parvenait à implanter le programme, il s'agirait d'une première au Canada.

Près d'une centaine de municipalités auraient montré un intérêt pour cette mesure, qui existe déjà dans le secteur privé et dans le milieu municipal en Europe.

D'après des informations de Jérémie Bergeron

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine