Les équipes techniques en étaient vendredi à peaufiner la scène du Centre Canadian Tire pour le 46e Gala des prix Juno, présenté dimanche à Ottawa.

Certains médias ont été convoqués vendredi matin à la répétition d'un numéro du groupe The Arkells, en nomination dans la catégorie Groupe de l'année, avec le son et l'éclairage nécessaire.

« La grande différence dans le concept, c'est qu'on est ouvert à toute la salle. On n'est pas en 360 [degrés], mais presque. On veut vraiment impliquer tout le monde. On a des scènes un peu partout, on veut que toute la salle sente qu'elle fait partie du spectacle cette année », a expliqué le designer de production responsable du Gala, Alex Nadon.

Cette année, environ 2000 lumières et plus de 600 panneaux de DEL (diode électroluminescente) seront utilisés pour les prestations musicales.

Il s'agit du 10e Gala des prix Juno pour M. Nadon, lui qui a remporté un prix Écran canadien pour le design qu'il a donné au 43e Gala, au Manitoba. Il avait réussi à créer la silhouette de la ville hôtesse avec son éclairage. Il est aussi derrière la scène de Canada's Got Talent, Big Brother Canada, le gala de Much Music et le spectacle de la mi-temps de la coupe Grey. Et même s'il en est à son dixième grand spectacle, chaque gala représente une nouvelle aventure pour lui.

La réalité d'un gala comme celui-là est que tous les artistes doivent jouer sur une même scène. Ce ne sont pas leurs décors et ce n'est pas un concert dans le sens traditionnel du terme. Les artistes présentent une chanson pour la foule sur place et pour les téléspectateurs.

« L'idée, c'est qu'il faut que tout le monde apprécie le spectacle de la même façon. Je dirais que les gens à la maison doivent recevoir l'énergie des gens dans la salle. Il faut que ce soit une coopération entre les deux et c'est ce qu'on essaye de faire », a expliqué M. Nadon.

La négociation avec les artistes présents commence quelques mois avant le Gala, quand la liste des prestations est définie. Les organisateurs apprennent ensuite la chanson que les artistes présenteront et ce qu'elle signifie pour eux.

« Notre travail est d'amener un ''look'' en fonction de la chanson et non l'inverse », a noté M. Nadon.

Une fois que tout est en place, les répétitions se multiplient pendant trois jours. On peaufine l'éclairage, les plans de caméra et la position des interprètes sur scène. Il s'agit, ni plus ni moins, d'une course contre la montre pour l'équipe de production.

D'après le reportage de Jean-François Chevrier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine