Retour

Dérogation collective accordée à Gatineau pour la reconstruction en zone inondable

Le gouvernement du Québec accorde à la Ville de Gatineau une dérogation collective, afin de permettre aux propriétaires de certains secteurs de reconstruire leurs maisons inondées au printemps et vouées à la démolition.

Les propriétaires visés par cette dérogation collective habitent dans les rues Jacques-Cartier, Moreau, Riviera et sur le boulevard Hurtubise.

Pour le maire, Maxime Pedneaud-Jobin, il s'agit d'une bonne nouvelle pour ces propriétaires, dont plusieurs ont des maisons familiales construites il y a plus de 200 ans.

Les propriétaires ont jusqu'au 20 janvier 2019 pour exercer leur droit de reconstruire leur demeure.

M. Pedneaud-Jobin affirme que tous les citoyens qui ont fait une demande de démolition de leur résidence seront contactés individuellement afin de leur offrir le choix de conserver leur maison.

« Si les citoyens ont des questions, ils peuvent appeler au service d'urbanisme, notre équipe qui s'occupe des inondations est encore en place et va rester en place longtemps », indique le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Des conditions vont s'appliquer sur la reconstruction afin de s'assurer que les bâtiments vont résister à de futures inondations.

« Elles [les maisons] seront immunisées », dit le maire. « Ça veut dire que les maisons devront être protégées contre de futures inondations. »

Québec a accordé cette dérogation collective à condition que la Ville protège aussi ces quartiers de la montée des eaux. Dans le jargon du gouvernement, on parle d'immunisation du quartier.

Quelles seront les mesures d'immunisation pour ces quartiers? Le maire dit attendre la conclusion de travaux à Québec sur la gestion des plaines inondables avant de s'avancer sur les mesures qui seront prises par la Ville pour empêcher la montée des eaux vers les résidences.

« Qu'est-ce qu'on fait pour immuniser l'ensemble du secteur, est-ce que c'est des digues, est-ce que c'est d'autres mesures, ça on le sait pas encore et c'est la réflexion qui est en cours », a précisé le maire Pedneaud-Jobin.

Outre des digues, Québec pourrait décréter que les municipalités doivent aménager des zones tampons autour des quartiers, pouvant jouer le rôle d'une éponge et absorber l'eau qui monte. C'est, entre autres, ce que font les marécages.

Plus de cent permis de démolition accordés

La Ville avait fait cette demande de dérogation collective afin de protéger les quartiers inondés du danger de devenir « des gruyères » en raison des démolitions de maisons trop mal en point.

En vertu des règles adoptées par Québec cet été, toute maison inondée devait être démolie, si elle était située dans une zone à risque d'inondation d'ici les 20 prochaines années (zone 0-20 ans) et si les dommages étaient évalués à plus de 50 % de la valeur de la propriété.

La Ville de Gatineau a indiqué qu'elle a délivré 110 permis de démolition en date du 31 octobre 2017.

M. Pedneaud-Jobin ne pouvait avec précision dire combien de propriétés pourraient être conservées grâce à la dérogation collective, parlant seulement « de dizaines de maisons. »

Avec les informations des journalistes Julie-Anne Lapointe et Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine