Retour

Des agences craignent une mainmise du gouvernement sur les soins à domicile

La province a annoncé, discrètement, la création d'une agence provinciale pour offrir des soins à domicile. Cette décision est vue comme une tentative de prise le contrôle du secteur par des intervenants du milieu.

Un texte de Claudine Brulé

Par une simple phrase dans un communiqué de presse, le gouvernement mentionnait le mois dernier son intention de créer une agence pour offrir des soins de santé à domicile.

Le document faisait simplement état du fait que « la province créera de nouveaux modèles de soins [qui comprendront] la création d’un nouvel organisme de services de soutien à la personne, début 2018 ».

Des intervenants de ce secteur affirment ne pas avoir été consultés ou informés de l’intention du gouvernement.

La province entend servir des clients qui ont besoin de plus de 14 heures de soins à domicile par semaine et le faire seulement dans trois régions, au départ.

Le gouvernement prévoit que l’agence provinciale couvrira l’ensemble de la province en 2021.

Le bureau du ministre de la Santé Eric Hoskins explique que l’objectif de la nouvelle agence est d’offrir plus de choix aux patients : choix, en ce qui a trait à la personne qui prodiguera les soins à la maison et au moment où ces soins seront offerts.

La province veut aussi que les patients soient plus satisfaits des soins qu’ils reçoivent.

Les intervenants du milieu des soins à domicile croient qu’il s’agit de la première étape d’une prise de contrôle de ce secteur.

Les soins de santé à domicile sont présentement offerts par des entreprises privées ou des groupes sans but lucratif.

Sue VanderBent est à la tête de Home Care Ontario, qui représente ces fournisseurs de soins. Elle craint la mise sur pied d’une lourde bureaucratie coûteuse.

Elle demande au gouvernement provincial de reconsidérer sa décision et de mener des consultations avant de mettre une nouvelle agence sur pied.

Miranda Ferrier, de l’organisme Ontario Personal Support Workers Association, défend les droits des préposés aux soins à domicile. Ce n’est pas un syndicat, mais plutôt un regroupement de travailleurs.

Elle croit que le gouvernement ontarien veut éliminer les entreprises qui offrent les services de soins à domicile.

Elle craint aussi que de cette façon, la province impose la syndicalisation des préposés aux soins à domicile.

Il y a deux ans, la vérificatrice générale Bonnie Lysyk publiait un rapport spécial sur les soins à domicile, dénonçant entre autres le fait que l’expérience des patients varie en fonction de leur lieu de résidence.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine