Retour

Des artistes au front avec les Forces canadiennes

Huit artistes ont eu l'occasion d'accompagner des membres des Forces canadiennes dans des régions rarement, voire jamais accessibles aux civils. Les résultats de ces escales, qui ont eu lieu en 2014 et 2015, sont présentés pour la première fois au public au Musée canadien de la guerre et donnent matière à réflexion.

Un texte de Kevin Sweet

Une expérience au Koweït

L’adolescence du photographe ottavien Mark Thompson a été profondément marquée par un enseignant à l’École d’art d’Ottawa, pilote et artiste pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Il a été une grande influence dans ma vie. Il est mort depuis sept ans et, après ses funérailles, j’ai décidé de lui rendre hommage », confie le photographe, qui habite maintenant à Kingston.

Pour suivre en quelque sorte les traces de son mentor, Mark Thompson s’est inscrit au Programme d’arts des Forces canadiennes. Ce programme permet à des artistes civils de participer à des déploiements militaires au Canada et à l’étranger.

Au départ, M. Thompson souhaitait se rendre en Afghanistan, mais sa candidature n’a pas été retenue. Il s’est donc rabattu sur le Koweït.

« Je voyais ça comme une autre partie du même conflit, alors je voulais aller là », explique Mark Thompson.

À l’époque, l’artiste gagnait sa vie comme conservateur de vitraux. Il venait d’ailleurs de terminer la restauration de ceux de la Chambres des communes, un travail qui lui a permis d'obtenir un statut de sécurité privilégié. Ce statut spécial a facilité sa sélection au sein du programme d’art et son déploiement au Koweït.

De retour au Canada, il a consacré six mois pour créer des oeuvres inspirées de ce qu’il a vu. Il se souvient notamment de l’utilisation qu’ont faite des soldats de barricades anti-char d’assaut.

« Les soldats s’en servaient pour faire des murailles et ils voulaient que je documente leur travail. Les murailles étaient très intéressantes parce qu’elles étaient naïves, mais aussi très créatives », explique le photographe, à qui on a demandé de rester un peu plus longtemps au Koweït afin de pouvoir capter des images de soldats au travail.

Toutefois, ce qu’il présente dans l'exposition au Musée canadien de la guerre, ce sont huit peintures sur verre faites avec de la poudre colorée mélangée avec de la colle arabe. Ses sculptures de verre en forme de bombes sont particulièrement frappantes, entre autres à cause de leur couleur bleue vive.

« Les bombes tombent tout le temps. C’est comme la pluie », évoque M. Thompson.

Regard sur le Nord canadien

Le photographe Guy Lavigueur, lui, a vécu une toute autre expérience : il s'est rendu dans le Nord canadien.

M. Lavigueur a sauté sur l’occasion, notamment parce qu’il pouvait donner libre recours à son imagination, et non documenter une mission.

Ce dernier s'est joint aux participants de l'Opération Nanook, qui a lieu à chaque année et sert d'entraînement aux soldats pour d'éventuels sauvetages dans l’Arctique.

Son itinéraire a de quoi faire rêver les aventuriers. Il est resté 10 jours à Inuvik avant de faire un saut à Yellowknife pour prendre des photos. Il a fait plusieurs allers et retours vers la mer de Beaufort et le village de Tuktoyaktuk. Tout ça, en hélicoptère. Dans certains cas, il a d'ailleurs exigé d'enlever la fenêtre de l’appareil pour de meilleures prises de vues.

« J’avais le gunner seat, c’est-à-dire l’endroit où il y aurait une mitraillette, si c’était un hélicoptère d’attaque. C’était l’endroit idéal. Il faut qu’on ne me regarde pas trop quand je laisse mes ceintures de sécurité avec un peu de jeu pour pouvoir me pencher un peu », confie le photographe.

Et comme si ce n’était pas assez, il a loué un Cessna sur flotteurs pour faire un vol dans la région du delta du fleuve Mackenzie.

Au final, Guy Lavigueur a pris plus de 1500 photos. Treize sont exposées au Musée canadien de la guerre.

Ce genre d’expérience devient une nouvelle source d’inspiration pour les artistes canadiens.

Pour les visiteurs, c’est une occasion de voir des coins du monde qu’ils ne verraient pas autrement.

Plus d'articles

Commentaires