Retour

Des athlètes canadiens réclament un protocole national sur les commotions cérébrales dans le sport

Plusieurs athlètes canadiens ont témoigné de leur expérience personnelle, après avoir subi des commotions cérébrales, lors d'une conférence à ce sujet à Rideau Hall mardi.

Etienne Boulay, trois fois champion de la Coupe Grey, a été maraudeur pour plusieurs équipes de football dont les Alouettes de Montréal et les Argonauts de Toronto.

Il a pris sa retraite en 2013, et vit depuis avec les séquelles d'une commotion cérébrale.

L'homme, qui est maintenant animateur de télé et qui donne des conférences, regrette d'être retourné au jeu rapidement après sa blessure.

Il dit l'avoir fait pour ne perdre sa place dans l'équipe, comme le font bien d'autres athlètes.

C'est pourquoi il appuie la mise en place de règles nationales qui permettraient de prévenir les commotions et de régir le retour au jeu ou aux études des athlètes blessés.

M. Boulay affirme aussi que les enfants doivent être sensibilisés tôt à l'école aux dangers des commotions cérébrales et à « l'importance du cerveau, la fragilité du cerveau, la complexité du cerveau. »

« Le plus d'information tu as, le mieux vont être tes décisions, et ça ne veut pas dire que tu t'engageras pas dans le sport, c'est que tu vas y aller consciemment » soutient M. Boulay.

L'athlète de ski alpin paralympique, Karolina Wisniewska, a cumulé les commotions au cours de sa carrière. Elle maintient qu'en cas d'accident, l'entourage de l'athlète doit jouer un rôle.

« On doit faire attention à ne pas mettre toute la pression sur les athlètes. Si un athlète à une commotion cérébrale, cette personne-là n'est pas capable de penser de façon rationnelle et même de comprendre ce qui se passe » indique Mme Wisniewska.

Selon elle, les jeunes doivent demeurer vigilants afin d'identifier les risques de commotion et leurs symptômes.

Un groupe de travail fédéral, provincial et territorial sur les commotions cérébrales dans le sport, mis sur pied en 2015, doit publier, dans les prochaines semaines, son rapport sur une approche harmonisée de lutte contre ce fléau. Le rapport doit émettre des lignes directrices et contenir les protocoles liés au retour aux études et au jeu des athlètes victimes d'une commotion cérébrale.

Avec les informations de la journaliste Josée Guérin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un pilote frôle le sol





Rabais de la semaine