Retour

Des candidats veulent davantage d'emplois fédéraux à Orléans

Des candidats dans Orléans veulent que cette circonscription obtienne sa juste part en matière d'emplois fédéraux. Ils ont toutefois des suggestions bien différentes pour y arriver.

Un texte de Jean-Sébastien Marier

Le libéral Andrew Leslie relance ainsi l'idée de déménager un ministère fédéral à Orléans. Selon lui, c'est une façon idéale de stimuler l'économie et l'emploi dans le secteur.

Pour l'instant, M. Leslie n'a pas un choix arrêté à savoir quel ministère pourrait un jour avoir pignon sur rue dans la circonscription. Il souligne par contre que des organismes fédéraux auront bientôt besoin de nouvelles installations et qu'il importe d'amorcer la réflexion.

« Ça va prendre, bien sûr, du temps, parce qu'il y a des enjeux qui sont assez complexes », concède-t-il. « Mais on doit établir un objectif clair. »

Il faut encourager le télétravail, dit la candidate du NPD

La candidate néo-démocrate, Nancy Tremblay, partage la priorité de son adversaire libéral en matière d'emploi, dans la circonscription d'Orléans.

Elle craint toutefois que le déménagement d'un ministère force les employés qui habitent dans d'autres secteurs de la région à parcourir de plus grandes distances, ce qui augmentera la circulation routière.

Mme Tremblay propose plutôt d'étudier la possibilité de construire un édifice multiministériel voué au télétravail, pour les fonctionnaires qui habitent à Orléans. Les employés de diverses agences pourraient y avoir leur poste et se connecter de façon sécurisée à leurs outils de travail.

« [Ça] permettrait aux fonctionnaires de travailler localement », indique-t-elle. « Si, moi, je vis à Orléans, puis que c'est l'édifice qui est plus proche de moi, c'est là que j'irais travailler. Alors, comme l'édifice serait conformé aux standards de cybersécurité du gouvernement du Canada. [...] Ce serait un endroit sécure pour les fonctionnaires locaux. »

Mme Tremblay précise qu'un tel édifice offrirait un environnement de travail normal, avec des imprimantes et des salles de réunion. Les employés fédéraux pourraient aussi participer à des rencontres par vidéoconférence.

Elle croit que ce modèle de bureau satellite pourrait être mis en place dans d'autres circonscriptions. Nancy Tremblay compte d'ailleurs suggérer l'idée au caucus néo-démocrate.

Pas d'entrevue du conservateur

Le candidat conservateur dans Orléans, Royal Galipeau, a décliné notre demande d'entrevue.

Toutefois, dans un courriel, son attaché de presse affirme que l'est d'Ottawa n'est pas en reste, puisque le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) a récemment emménagé dans de nouveaux locaux « à la porte d'Orléans ».

L'édifice Edward-Drake du CST est situé au 1929, chemin Ogilvie, soit dans la circonscription voisine d'Ottawa-Vanier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine