Le nouveau centre d'accueil pour demandeurs d'asile à Cornwall, dans l'Est ontarien, a accueilli 245 migrants vendredi.

Les centaines de migrants sont arrivés au Centre Nav à bord d'autobus du gouvernement canadien. D'autres sont attendus au cours de la fin de semaine.

Jean Julmé, un demandeur d'asile haïtien qui a passé les six derniers mois en Floride, s'était rendu à la frontière canadienne, dans la région de Saint-Bernard-de-Lacolle, au Québec.

« [On est reçus] à merveille! C'est comme chez nous, on est bien approchés et tout le monde nous aide. Toutes les choses vont bien, beaucoup mieux qu'il y a une semaine. J'espère que le gouvernement va nous aider. On a fait une demande d'asile. On espère que tout va bien se passer. On attend », a-t-il déclaré.

Ce dernier explique qu'il a quitté les États-Unis par crainte d'être expulsé par le président américain Donald Trump. Surtout, il craint que sa famille soit séparée si l'administration américaine devait retirer aux 58 000 réfugiés haïtiens le statut de protection temporaire aux demandeurs d’asile haïtiens accordé par l'ancien président Brarack Obama après le tremblement de terre en 2010. Ce statut leur permet de vivre et de travailler légalement aux États-Unis.

En mai dernier, le président Trump a déclaré qu'il retirerait ce statut dès janvier 2018.

Les militaires à pied d'oeuvre

Près d'une centaine de militaires, dont la majorité provient de la base militaire de Petawawa, ont dressé des tentes sur le terrain du Centre Nav.

« Les troupes sont ici pour ériger les tentes pour accueillir environ 500 personnes, à la demande de nos partenaires fédéraux. [...] Si d'autres demandes devaient survenir, la présence des troupes sera réévaluée. Nous sommes en communication constante avec nos partenaires. La situation évolue d'heure en heure et on suit cela de près », a déclaré le major Yves Desbiens, officier des affaires publiques au sein de la deuxième division des Forces armées canadiennes.

Les tentes pourront accueillir jusqu'à 540 migrants. Propriété d’un organisme sans but lucratif, le Centre Nav est en mesure d'accueillir de nombreuses personnes, comme c'était le cas avec les personnes évacuées de leurs domiciles inondés lors des crues printanières en Ontario.

La mesure vise à soulager les refuges qui débordent au Québec, en raison de l'arrivée des quelque 10 000 personnes qui ont franchi illégalement la frontière depuis le début de l'année.

Avec les informations de Julie-Anne Lapointe

Plus d'articles

Commentaires