Retour

Des chaînes humaines autour d'écoles de l'Outaouais

Une trentaine de parents, élèves, professeurs et professionnels de l'Éducation se sont donné rendez-vous 30 minutes avant le début des classes devant l'école des Belles-Rives de Gatineau, afin de former une chaîne humaine devant l'édifice.

Le geste qui avait lieu simultanément à plusieurs endroits au Québec vise à démontrer l'opposition aux compressions budgétaires imposées par le gouvernement de Philippe Couillard dans le réseau d'Éducation de la province.

Par ce geste symbolique, les manifestants veulent créer un rempart afin que l'école soit épargnée des effets négatifs qu'auront les réductions budgétaires imposées en éducation. 

« C'est important pour nos enfants d'avoir un professeur présent et avec ces compressions, ils n'auront pas l'aide dont ils ont besoin », a dénoncé la mère d'un élève présent, Betsy Rocha.

Trois autres écoles figuraient parmi la liste du mouvement « Je protège mon école publique! ». Des chaînes ont été créées devant les écoles primaires, de l'Escalade, St-Michel et du Boisé. La participation s'est faite plutôt timide à cette dernière, où tout au plus une vingtaine de participants ont pris part au mouvement.

C'est environ 200 écoles - dans la quasi-totalité des régions du Québec (16 sur 17) - qui seront ainsi « protégées ».

Le regroupement a effectué des actions similaires le 1er mai et le 1er juin dernier dans huit régions du Québec.  Quelque 8000 personnes y avaient participé.

Le mouvement dénonce notamment l'augmentation du nombre d'élèves par classe, alors que de nombreux orthopédagogues et psychoéducateurs sont mis à pied. Il exige un financement « adéquat et stable » du réseau d'éducation publique primaire et secondaire au Québec.

Plus d'articles

Commentaires