Retour

Des chevaux morts et émaciés trouvés dans une ferme

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux de l'Ontario (OSPCA) a déposé des accusations de cruauté envers les animaux après avoir trouvé les carcasses d'au moins neuf chevaux ainsi que 14 autres chevaux et un poney émaciés dans une ferme à Whitchurch-Stouffville, à environ 50 kilomètres au nord-est de Toronto.

Trois personnes sont visées par des accusations. Il s'agit de Jason Small, 32 ans, ainsi que ses parents, David et Victoria.

La petite famille était locatrice de la ferme au moment où les cas de maltraitance présumée ont été observés, selon le propriétaire de l'endroit, Michael Cheung.

La famille n'a pas retourné des messages vocaux laissés par CBC Toronto.

M. Cheung a acheté la ferme de 10 acres en juillet dernier de deux agents de la GRC à la retraite pour 2,7 millions de dollars. Il l'a ensuite louée à Speedsport Stables, une entreprise d'élevage de chevaux pur-sang appartenant à la famille Small pour la somme de 5500 $ par mois. M. Cheung affirme qu'après quelques mois, l'entreprise a cessé de payer son loyer et qu'Ils se sont vus évincés de l'endroit à la fin avril.

Puis, le 3 mai dernier, à la suite de plaintes du public, des enquêteurs de la OSPCA se sont rendus sur la ferme en compagnie du vétérinaire équestre Oscar Calvete.

Selon ce dernier, les carcasses des chevaux étaient dans des états de décomposition avancée.

« C’est le pire cas de cruauté animale que j’ai vu en 36 ans de carrière. On trouve un cheval, parfois trois, mais jamais 15 en même temps. »

Ils ont aussi découvert 14 chevaux et un poney affamés, qui vivaient dans des granges abjectes, remplies d’eau et d’excréments.

Selon le vétérinaire, les os des chevaux étaient visibles à travers leur peau, et plusieurs d’entre eux ne pesaient que 60 % de leur poids normal. « Vous pouvez voir partout que la clôture a été mâchée, ils n'avaient pas d'autre choix pour survivre que de trouver quelque chose... », dit-il.

« L’un d’eux était complètement couvert d’excrément. En le lavant, je me suis senti tellement désolé pour lui. Sa peau était vivement irritée ».

Les animaux ont tous été retirés de la ferme.

Le propriétaire de la ferme dévasté

Selon le propriétaire de la ferme, Michael Cheung, les personnes qui louaient le lieu ont prétendu être des éleveurs de chevaux Pur-sang. La location était donc purement commerciale, selon lui.

Il ajoute que, quelques mois après le début de leur bail, la famille était en retard pour payer son loyer. Il n'avait toutefois aucune idée de l'ampleur des problèmes qui se déroulaient sur la propriété, jusqu'à ce qu'un voisin lui dise début avril que les chevaux n'étaient pas sortis de tout l'hiver.

C'est finalement lorsqu'une voisine est passée près de la propriété avec son petit chien, Jax, et que celui-ci est devenu obsédé par un monticule de terre à l'arrière de la propriété que la macabre découverte a été faite.

Trois personnes accusées

Trois personnes sont accusées de ne pas avoir porté secours à un animal en détresse, de ne pas avoir nourri les animaux de façon adéquate, et de ne pas leur avoir fourni les soins nécessaires à leur bien-être.

Les accusations ont été déposées en vertu de la Loi sur la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux de l'Ontario. L'OSPCA ne nommera toutefois pas les accusés avant que ceux-ci soient reconnus coupables.

Elles doivent comparaître en cour provinciale à Newmarket le 6 juillet prochain.

Plus d'articles