Retour

Des citoyens relancent le débat d'épicerie sur l'Île-de-Hull

Des citoyens du secteur de l'Île-de-Hull tentent de relancer le débat sur le besoin du construire une épicerie dans leur quartier.

Environ une douzaine de membres du groupe communautaire ACORN ont assisté, mardi soir, à la rencontre du conseil municipal de Gatineau, pour interpeller les élus.

Ces citoyens aimeraient notamment que la Municipalité garde encore de côté une enveloppe de 300 000 $, héritée de l'ancienne Ville de Hull au moment de la fusion, afin de subventionner un éventuel projet d'épicerie.

La conseillère du district de Hull-Wright, Denise Laferrière, veut plutôt consulter la population pour savoir ce qui devrait être fait de cet argent, puisque le projet d'épicerie coopérative n'a pas encore débouché.

« Quand la fusion a eu lieu, certaines villes avaient les surplus et on avait divisé un certain nombre de sous à travers les élus municipaux », rappelle la conseillère. « Moi, il me reste encore un 300 000 $ que j'ai affecté pour l'épicerie depuis 10 ans. »

Mme Laferrière ajoute qu'il n'est pas du ressort de la Ville de Gatineau de subventionner la venue d'une épicerie privée.

Elle croit qu'un épicier privé sera prêt à s'installer quand il y aura suffisamment de résidents dans les environs.

Le groupe ACORN n'est pas de cet avis.

Une membre du groupe et résidente du secteur de l'Île-de-Hull, Chantal Lauzier, croit que la Municipalité doit en faire plus pour attirer une épicerie dans le quartier.

« C'est quelque chose qui a été promis aussitôt que le IGA dans le temps a été fermé », rappelle la résidente. « Je ne crois pas que ça prend des gens avant d'avoir une épicerie, je pense plutôt que c'est le contraire. Alors pour moi, ce n'est pas valide comme réponse. »

Plus d'articles

Commentaires