Retour

Des conseils scolaires catholiques retirent leur financement d'une comédie musicale sur l'homosexualité

Deux conseils scolaires catholiques de l'Ontario ont décidé de retirer le financement qu'ils donnaient à une comédie musicale réalisée par des élèves et qui raconte l'histoire d'un jeune homosexuel qui se bat pour pouvoir aller à son bal de finissant avec son copain.

La décision des conseils a créé une telle polémique dans la région de London qu'une campagne de sociofinancement a été mise en branle.

Depuis 20 ans, plus de 75 élèves du secondaire à London participent gratuitement à la production d'une comédie musicale.

La troupe bénéficie habituellement d'un financement de 250 000 $, dont 30 000 $ de la part des conseils scolaires du District catholique de London et de la Vallée de Thames.

Cette année, le montant alloué par les conseils scolaires a été retiré. Dans une déclaration écrite, les conseils expliquent que la pièce Prom Queen ne reflète pas la culture et les valeurs de leurs écoles.

Le président du conseil scolaire de la Vallée de Thames, Matt Reid, précise que ce n'est pas le thème du spectacle qui pose problème, mais plutôt le langage utilisé et le fait que la comédie musicale montre les conseils scolaires, les enseignants et d'autres adultes de manière négative.

« On a été surpris, on ne s'attendait pas à ça, mais on cherche toujours des partenaires financiers dans la communauté », indique une des responsables de la production, Deb Harvey.

Histoire vraie

La comédie musicale Prom Queen fait référence à l'histoire de Marc Hall, qui s'était fait refuser la permission d'aller à son bal de finissant avec son petit ami en 2002 à Oshawa alors qu'il était âgé de 17 ans.

L'affaire était allée jusque devant les tribunaux où M. Hall avait obtenu gain de cause contre le conseil scolaire catholique de Durham.

En entrevue, ce dernier n'a pas caché sa surprise.

« Le scénario gravite vraiment autour d'une communauté qui se serre les coudes pour aider un garçon, en l'occurrence moi à l'époque », explique M. Hall.

Le directeur artistique de la production, Dennis Garnhum, défend son choix.

« Je ne veux pas toujours qu'on joue des classiques. C'est une nouvelle comédie musicale canadienne qui se déroule en Ontario basée sur une histoire vraie », soutient-il.

La productrice de la comédie musicale originale, Mary Young Leckie, a aussi été surprise.

« Quand on a une réaction conservatrice aussi forte, ça me surprend, mais ça démontre aussi que c'est une pièce vraiment pertinente », croit-elle.

Vendredi après-midi, plus de 40 000 $ avaient déjà été amassés dans le cadre de la campagne de sociofinancement pour soutenir la production de la comédie musicale.

Plus d'articles