Retour

Des enfants de réfugiés syriens iront dans les classes d'accueil de la CSPO

À Gatineau comme ailleurs a pays, les écoles se préparent à recevoir prochainement des enfants syriens. C'est notamment le cas à la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO). Trois établissement offrent des classes d'accueil, soit l'École Notre-Dame, l'École des Rapides-Deschênes et l'École Saint-Paul.

Un texte de Marie-Lou St-Onge

Lorsque les enfants arriveront au pays, ils seront envoyés dans ces classes, qui misent surtout sur la francisation.

Les premiers mois servent principalement à rendre les enfants fonctionnels dans leur classe.

« La langue occupe une grande partie de notre programme, parce que, souvent, il faut partir de la base », explique Sonia Lefebvre, enseignante à l'École Notre-Dame de Gatineau, « ne serait-ce que pour demander d'aller à la toilette ou nous dire qu'ils ont faim. »

Le ratio élèves-enseignant est moins élevé que dans les classes régulières. On compte ainsi 16 enfants dans les classes d'accueil préscolaires et 18 élèves au primaire.

À la CSPO, 13,3 % des enfants sont nés à l'extérieur du Québec ou du Canada, alors que la moyenne provinciale est plutôt de 8 % à 9 %.

Au-delà de la langue

Si la langue reste la base, les enseignants doivent montrer plus que du français et des mathématiques.

« Il y a plein de petites choses de la vie quotidienne que nous, on tient pour acquis. Par exemple, une fermeture éclair. Dans les pays chauds, il n'y en a pas », illustre Sonia Lefebvre.

Le directeur de l'école, Stéphane Desjardins, reconnaît que l'accueil ne se limite pas à la salle de classe et qu'il faut être à l'écoute.

Les enfants demeurent en moyenne un an dans une classe d'accueil avant d'être transférés dans les classes régulières.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le secret derrière les trop longues douches de ce jeune homme...





Rabais de la semaine