On parle souvent de fierté pour souligner le 25 septembre, Journée des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes, mais on parle moins souvent d'assimilation et de résilience.

Un texte de Carl Sincennes

Radio-Canada est allée à la rencontre de trois Franco-Ontariens qui, à un certain moment de leur vie, ont perdu leur langue pour la retrouver plus tard. Ils ont trois parcours de vie différents, mais leur histoire pourrait être celle de tant d'autres.

Sara Gibson, 23 ans, étudiante en massothérapie

Pourquoi avez-vous cessé de parler français?

Je l'ai perdu lorsque j'ai déménagé à London, en Ontario, quand j'étais enfant. Pratiquement personne ne parle français là-bas.

Quels problèmes avez-vous donc rencontrés?

C'était difficile pour moi de parler à mes parents qui sont francophones. Je ne me sentais plus à l'aise de leur parler en français.

Comment avez-vous recommencé à parler français?

Je l'ai retrouvé à mon retour à Sudbury en mai dernier. Ma famille et ma colocataire sont francophones. En plus, mon programme de massothérapie se donne en français au Collège Boréal.

En quoi est-ce bénéfique de parler français à nouveau?

Cela permet de me retrouver dans ma culture, de me sentir incluse dans la famille et d'être « cool ».

Glenn Thibeault, 46 ans, député à Queen's Park

Pourquoi avez-vous perdu votre langue?

Quand j'avais 5 ans, j'allais à l'école, mais l'enseignante me disait : « Ton français est joual ». Je ne pouvais pas aller dehors avec mes amis parce que j'étais en retenue. Je ne pouvais même pas aller à la toilette. Mes parents m'ont donc envoyé à l'école anglaise et j'ai ensuite oublié le français.

Quels problèmes avez-vous vécus?

Je ne pouvais pas parler à certains membres de ma famille, dont mon oncle qui parle seulement français.

Quand avez-vous recommencé à parler français?

Il y a 10 ans, j'ai recommencé à parler avec ma famille, mais j'ai recommencé plus sérieusement, il y a quatre ans. Je suis également des cours de français au Collège Boréal.

En quoi est-ce bénéfique de parler français à nouveau?

Non seulement je peux communiquer avec ma famille, mais aussi avec les francophones, qui sont environ 40 % de ma circonscription (Sudbury).

Nico Taus, 28 ans, graphiste

Pourquoi avez-vous perdu votre langue?

J'ai une mère francophone et un père anglophone. Je suis allé à l'école française au primaire et au secondaire, mais c'était de moins en moins « cool » de parler français vers la fin de mes études. Tout se passait en anglais dans mon programme collégial. J'ai arrêté de parler français durant 3-4 ans.

Quels problèmes avez-vous donc vécus?

Les jeunes de mon âge sont gênés de parler français entre eux. Mes amis du secondaire et moi, on ne se parlait plus en français, même si on a fait notre scolarité dans cette langue.

Comment avez-vous recommencé à parler français?

J'ai recommencé à parler français grâce à mon travail. Beaucoup d'organismes francophones à Sudbury sont des clients de notre entreprise.

En quoi est-ce bénéfique de parler français à nouveau?

Nous sommes la seule entreprise qui offre des services de graphisme en français. Le français me permet de voyager partout dans le monde et de pouvoir interagir avec les gens d'autres cultures.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine