Retour

Des gardiens privés s'occuperont des mesures de sécurité au palais de justice d'Ottawa

La police d'Ottawa embauchera une entreprise de sécurité privée pour l'aider à assurer la sécurité au palais de justice dès le mois prochain. La Commission des services policiers d'Ottawa a approuvé, lundi soir, le budget permettant de retenir les services de la Federal Force Protection Agency.

Le Service de police d'Ottawa (SPO) offre ainsi trois postes de gardiens de sécurité à temps plein et trois autres à temps partiel.

Cette mesure coûtera plus de 110 000 $ d'ici la fin 2015. Pour 2016 et 2017, la facture s'élèvera à près de 300 000 $.

Les gardiens utiliseront notamment les détecteurs de métaux et machines à rayons X qui seront installés à l'unique entrée du bâtiment, rue Elgin. Les deux autres entrées ont été verrouillées à la suite de la fusillade au parlement, le 22 octobre dernier.

La sécurité a été renforcée dans les tribunaux du pays avec l'adoption du projet de loi 35. Le texte prévoit que les policiers peuvent questionner ou fouiller sans mandat toute personne qui souhaite entrer dans le palais de justice. Celle-ci pourrait écoper d'une amende, voire être emprisonnée, si elle refuse d'obtempérer.

Des inquiétudes

De son côté, l'avocat criminel Michael Spratt s'inquiète du fait que ces gardiens, travaillant pour une firme de sécurité privée, puissent utiliser leurs pouvoirs de façon arbitraire « envers des personnes qui seraient ciblées en raison de la façon dont elles s'habillent ou se comportent ».

« Ils pourraient ne pas être aussi redevables [...] que des policiers en uniformes », estime-t-il.

L'Association des criminalistes d'Ottawa avait elle aussi critiqué les mesures de sécurité renforcées. L'organisme estimait que ces dernières pourraient retarder les procédures et décourager certaines personnes de se rendre au tribunal.

Des policiers en tout temps

Le chef de police, Charles Bordeleau, se veut rassurant.

Il affirme que les gardiens de sécurité auront des responsabilités limitées. Par exemple, ils surveilleront les files d'attente et s'occuperont de l'équipement de détection.

De plus, des policiers seront présents en tout temps pour effectuer des fouilles, au besoin.

D'après les informations du journaliste Kamil Karamali de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 métiers vraiment étranges





Rabais de la semaine