Une soixantaine d'entrepreneurs âgés de cinq à douze ans étaient en action samedi à Gatineau. Les jeunes ont exposé leurs projets au Centre communautaire du Manoir-des-Trembles lors de la Grande journée des petits entrepreneurs, présentée à l'échelle provinciale.

Pour réussir un projet entrepreneurial, il faut peut-être l’apprendre très jeune. C’est le message que les organisateurs ont voulu faire passer avec cet événement.

Sur place, les enfants proposaient une panoplie de produits plus diversifiés les uns des autres. Pour attirer les visiteurs vers son kiosque, Emile Labelle s'est servi de sa guitare, dans l'espoir de vendre ses cahiers en papier recyclé.

« Je voulais faire quelque chose qui ne coûtait pas trop d’argent », a-t-il expliqué.

Les frères Elliott et Logan Blixhavn, eux, vendaient des allume-feu faits de matières récupérées. Leur motivation : faire de l’argent et être à l’extérieur pour faire des activités.

À une table un peu plus loin, il y avait Alexandra Kelly, âgée de sept ans. La jeune vendeuse de crème glacée en était à sa deuxième année d’expérience. L’an dernier, elle avait reçu le prix pour les meilleures ventes. Déjà, elle rêve d’être entrepreneure.

« J’apprends », a-t-elle dit. « Comme ça, si je veux faire une entreprise quand je serai plus grande, j’aurai déjà beaucoup d’expérience. »

Ses parents ne négligent vraiment aucun détail dans son encadrement.

« On investit. On a expliqué à Alexandra qu’on était des investisseurs, donc elle nous remet un pourcentage de l’entreprise, des profits comme tels. Puis, on a créé un logo, après ça, on a fait un plan d’affaires, un plan marketing », a signifié son père, Jason Kelly.

L’organisatrice régionale de la journée, Daphnée Vachon, a expliqué que les organisateurs préconisent l’autonomie des entrepreneurs en herbe tout en étant appuyés par les parents.

Plusieurs clients ont été séduits par l’offre des jeunes et impressionnés par leur petite entreprise.

« Avec leurs panneaux, l’identification, ils ont bien réfléchi », a lancé Christine Mattimoe.

D’après un reportage du journaliste Godefroy Macaire Chabi

Plus d'articles

Commentaires