Retour

Des lacunes de sécurité au centre Pierre-Janet?

L'évasion d'un détenu qui était soigné au Centre Pierre-Janet, samedi après-midi, soulève des questions quant à la sécurité de son personnel et des lieux. Une employée de l'hôpital a été légèrement blessée, au cours de l'événement.

Le vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux, Christian Meilleur, constate qu’il y a une recrudescence de violence en milieu de travail dans certains établissements de santé, dont le Centre hospitalier Pierre-Janet.

« Les gens sont inquiets et pour cause. Des événements comme celui d’hier, ça dénote qu’il y a des problèmes », explique M. Meilleur.

Il n’y a personne qui rentre en pensant qu’aujourd’hui il va être agressé.

Christian Meilleur, vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux

David Harvey purgeait une peine au Centre de détention de Hull, mais il avait été transféré au Centre hospitalier Pierre-Janet, une structure spécialisée en santé mentale du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l'Outaouais.

Le fugitif y recevait des soins lorsqu’il a pris la fuite à pied après avoir blessé une employée du centre. Selon le CISSS de l’Outaouais, le patient a réussi à voler la carte d’accès de cette dernière.

Une autre employée, qui désire préserver l’anonymat par crainte de représailles, exige des changements dans son environnement de travail. Nous l’appellerons Lucie.

Selon elle, les employés manquent de formation et plusieurs problèmes techniques surviennent, comme des boutons de panique défectueux.

« La personne [l’employée blessée] aujourd'hui, elle va mieux », raconte Lucie. « Mais Seigneur, est-ce qu'on va attendre qu'il se passe quelque chose dans notre système? Les coupures en santé, on les ressent, nous les employés dans les hôpitaux. »

Va-t-on attendre la mort d'un employé pour se dire qu’on aurait dû [agir]? Je pense vraiment qu'il est temps de faire quelque chose.

Lucie, employée du Centre Pierre-Janet

« On se retrouve prises au dépourvu »

Lucie dénonce le manque de ressources au travail. « On se retrouve souvent avec une équipe en majorité de femmes pour travailler les quarts de soir », explique-t-elle. « Une équipe de 5-6 femmes pour une unité de 15 patients qui sont souvent des hommes. »

Quand il y arrive des maîtrises physiques et tout ça, on se retrouve prises au dépourvu.

Lucie, employée du Centre hospitalier Pierre-Janet

L’employée soutient qu’une rencontre a eu lieu avec les dirigeants du CISSS de l’Outaouais, il y a quelques semaines.

« L’employeur nous a dit : "Oui, je vous entends" », lance-t-elle. « Mais là, l’employeur a à nous entendre et ça presse. Depuis la fusion, on est devenu un petit peu des numéros. »

Deux autres employés à qui Radio-Canada a parlé abondent dans le même sens que Lucie.

Le CISSS de l’Outaouais réagit

Selon les premières constations du CISSS de l’Outaouais, la sécurité des lieux était « comme elle devait l’être », assure sa porte-parole.

« En termes de sécurité, toutes les règles [...] ont été respectées », affirme Geneviève Côté. « On sait aussi que les systèmes de communication ont fonctionné. »

L’employée blessée a depuis reçu son congé de l’hôpital. Le CISSS de l’Outaouais offrira du soutien psychologique aux employés touchés par l’incident.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine