Retour

Des liens à renforcer entre les communautés ethniques d'Ottawa et les forces policières

Une centaine de personnes issues de minorités culturelles se sont réunies en fin de semaine à Ottawa, pour discuter de profilage racial de la part des policiers.

Cette réalité est bien plus présente que l'on peut le croire dans la région, selon une des organisatrices de l'événement, Darlène Lozis.

« La peur est là. On a peur que nos jeunes sortent et ne reviennent pas à 18 heures », explique-t-elle.

« Peut-être que ça arrive a tout le monde à Ottawa. Mais je trouve ça bizarre de ne pas pouvoir me promener sans me faire accoster », enchaîne un des participants.

Une piste de solution, selon les participants, serait de renforcer les échanges entre les communautés culturelles et les forces policières.

« Il faut faire ce dialogue pour arriver à ce que nos enfants se sentent en sécurité et que les jeunes se sentent libres de circuler comme ils veulent », soutient Mme Lozis.

Sur place, l'appel à l'unité a été entendu par le Service de police d'Ottawa (SPO). Le superintendant Don Sweet tenait à participer à la rencontre.

« C'est important qu'on rejoigne ces gens pour expliquer qu'il y a différents mécanismes en place pour tenir les policiers responsables de leurs gestes, afin qu'on puisse continuer à avoir confiance en eux », explique-t-il.

De son côté, Darlène Lozis a bon espoir que ce genre de rencontre permettra de mieux comprendre les réalités de chacun.

D'après le reportage de Jérémie Bergeron

Plus d'articles