Retour

Des lignes d'écoute virtuelles pour répondre à la demande

Les lignes d'écoute en Ontario revoient la façon dont elles offrent leurs services d'aide, se tournant notamment vers les messages textes et le clavardage.

Un texte de Stéphany Laperrière

Il y a deux ans, quatre lignes d'écoute membres de Détresse et Crise Ontario ont mis sur pied un service d'aide par message texte et clavardage.

Depuis, la demande pour ce service ne cesse d'augmenter, indique Elizabeth Fisk, directrice générale de l'organisme.

Pendant ce temps, des lignes d'écoute traditionnelles perdent en popularité, constate la directrice générale du centre Victoria pour femmes, Gaétane Pharand.

« On pense qu'en partie c'est aussi qu'il y a un phénomène de technologie qui fait en sorte que les gens sont moins portés à l'utilisation du téléphone », dit-elle.

Son organisme songe à emboîter le pas et offrir ses services sur différentes plateformes, mais s'inquiète des possibles répercussions.

Autre défi : les discussions électroniques sont généralement plus longues et demandent donc plus de ressources, souligne Élizabeth Fisk.

Dans son dernier rapport annuel, Détresse et Crise Ontario indique que la durée moyenne d'une conversation téléphonique pour les lignes d'écoute membres de l'organisme est de 16 minutes.

À titre de comparaison, la durée moyenne d'une interaction par clavardage est de 29 minutes et celle par message texte est de 42 minutes.

Détresse et Crise Ontario a l'intention d'étendre ce service virtuel à trois autres lignes d'écoute d'ici la fin de l'année.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine