Retour

Des maires de l’Est ontarien s'inquiètent de la hausse du salaire minimum

La hausse du salaire minimum en Ontario inquiète certains maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), qui en ont discuté lors d’une réunion mercredi.

Dès janvier prochain, le salaire horaire minimum en Ontario, actuellement de 11,40 $, passera à 14 $. Il grimpera à 15 $ en 2019.

La mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, s’inquiète des répercussions de cette hausse sur l’économie locale.

Selon la mairesse, cette augmentation pourrait réduire la compétitivité des commerçants et des entreprises industrielles établies dans sa ville par rapport à leurs concurrents du Québec, où le salaire minimum se situe à 11,25 $ l’heure.

Le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, s’oppose aussi à cette hausse du salaire minimum. « Quelque part, il y a quelqu’un qui va payer pour ça », a-t-il déploré.

La rentabilité des entreprises productrices de fruits et de légumes pourrait être compromise en raison de l’augmentation de leurs coûts de production, soutient le maire, qui est lui-même producteur.

« Nous sommes aussi bien d'arrêter de produire, parce qu’on ne pourra pas vendre notre produit. Il va être trop dispendieux », a-t-il estimé.

La hausse du salaire minimum sera à l’ordre du jour lors du passage du ministre du Travail, Kevin Flynn, au congrès de l’Association des municipalités de l’Ontario qui aura lieu à Ottawa la semaine prochaine.

D’après le reportage de Denis Babin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Rabais de la semaine