Retour

Des maisons de sinistrés passent à la pelle mécanique

Six mois après les inondations du printemps dernier, des entreprises de démolition ont commencé, sous le regard résigné des résidents, à détruire les maisons trop endommagées sur la rue Moreau, dans le secteur de Pointe-Gatineau.

Après les inondations, plusieurs de ces derniers doivent maintenant assister à la destruction de maisons du quartier. C'est un deuxième traumatisme.

Pierre Deslauriers, résident dans le quartier depuis 30 ans, verra aussi sa maison fraîchement rénovée se faire démolir dans 15 jours. La valeur des dommages excède 50 % de la valeur de sa maison, qui se retrouve dans une zone de récurrence 0-20 ans.

Ce dernier sera présent lors de la démolition de sa maison. Une façon pour lui de tourner la page pour de bon. « Ah oui, je m'emmène deux boîtes de mouchoirs. Il le faut [parce que] si je ne le vois pas, je ne réaliserai pas », déclare-t-il avec émotion.

Le gouvernement du Québec lui a remis mardi dernier un chèque de 250 000 $ pour qu’il quitte son quartier. Un montant qu’il juge satisfaisant, et ce, malgré la peine qui le ronge.

« Ça nous a pris deux jours à remplir une boîte. On empaquetait, on se décourageait »

Les réclamations sont toutefois loin d’être terminées. Le gouvernement a rencontré près de 724 résidents et environ 12 millions ont été remis aux citoyens de Gatineau, a déclaré le directeur du rétablissement au ministère de la Sécurité publique, Denis Landry.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine