Retour

Des mesures prises pour contrer les débordements des urgences à Gatineau

Les autorités de la santé en Outaouais ont mis en place des mesures exceptionnelles pour affronter les problèmes causés par un trop grand nombre de patients dans ses établissements. Ces changements seront en vigueur « jusqu'à ce que la situation se résorbe », a indiqué mercredi le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais.

L’achalandage soutenu est le résultat d’une saison où le virus de la grippe a été particulièrement virulent. Ces patients créent une pression sur les soins de santé déjà surchargés.

Mercredi après-midi, par exemple, le taux d’occupation des civières aux urgences de Hull et de Gatineau était toujours très élevé, passant respectivement de 212 % à 180 % et de 204 % à 143 %, selon le site Index Santé.

Afin de libérer des lits dans les hôpitaux pour les hospitalisations de courte durée, le CISSS de l’Outaouais réquisitionne toutes les places libres dans les CHSLD (centres d'hébergement de soins de longue durée), les ressources intermédiaires et les ressources de type familial.

Les autorités de la santé prévoient également relocaliser certains patients vers d’autres centres de santé moins occupés, notamment les hôpitaux de Papineau, Shawville, Maniwaki et Wakefield.

« On n’imposera pas de déplacement », a toutefois précisé le président-directeur général du CISSS de l'Outaouais, Jean Hébert. « On s’engage à retourner les gens rapidement dans les lieux où ils veulent aller. »

Les infirmières du CISSS seront aussi touchées par les nouvelles mesures, à commencer par la mise en place de mesures pour éliminer les heures supplémentaires obligatoires. Certaines d’entre elles seront aussi redéployées dans les services aigus, où le besoin est criant.

« Le syndicat est optimiste par rapport à cette modalité-là, puisque les gens ne se retrouveront pas pris à la dernière minute », a indiqué la directrice des ressources humaines au CISSS, Johanne Robertson. Cette dernière soutient que les nouvelles modalités pour l’attribution de quarts de travail seront bénéfiques pour le climat de travail, puisque les infirmières pourront mieux concilier leur travail et leur vie personnelle.

Des activités de formations sont suspendues, afin de réquisitionner le plus de personnel disponible pour faire face à la situation. Des chirurgies d’un jour sont aussi reportées pour avoir accès aux civières pour les patients de l’urgence.

De bonnes mesures temporaires, selon les infirmières surchargées

Le syndicat qui représente les infirmières de l'Outaouais, qui sont plusieurs à avoir lancé un cri du coeur dans les derniers jours par rapport à la surcharge de travail, est satisfait de mesures annoncées. Ces dernières ont d'ailleurs été prises à la suite d'une rencontre incluant le syndicat et la direction de l'établissement.

La présidente du Syndicat des professionnels en soins de l'Outaouais, Lyne Plante, insiste toutefois sur le fait que ces mesures ne sont que temporaires, soit pour environ un mois et demi, et ne règlent pas les problèmes de fond qui durent depuis des années.

« Ce sont des mesures exceptionnelles. Ça ne dure pas des mois et des années. C’est vraiment en attendant. Tout ce qui se passe n'est pas seulement à cause de l’état grippal, ça fait des mois, des années que ça dure », a estimé Mme Plante.

Avec les informations de Laurie Trudel

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine